Entrepreneuriat fastfood chez les infopreneurs

L’entrepreneuriat fast food, ou pourquoi je ne travaille plus avec les apprentis “infopreneurs”

Le milieu des “infopreneurs” (des entrepreneurs en ligne dont le business est basé sur la vente de formations digitales dans des domaines variés) est POURRI. On le constate toujours davantage…

Et je ne parle pas ici des gourous vendeurs de rêves qui exploitent les naïfs avec des promesses exagérées, des formations incontournables et des gadgets révolutionnaires.

Ce serait la pire des banalités : beaucoup de gens l’ont fait, en particulier ces derniers temps, et pas toujours avec beaucoup de distinction.

Aujourd’hui, je ne souhaite pas parler des gourous, ni des “anti-gourous” qui les combattent pour des raisons pas toujours très nobles…

Aujourd’hui je souhaite parler de la cause fondamentale du problème : l’apprenti entrepreneur lui-même !

Alors si vous envisagez vous-même de “vous lancer en ligne”, lisez moi très attentivement : si je fais bien mon boulot, cela devrait faire naître chez vous un changement RADICAL de perspective !

Il sera douloureux, mais il vous fera avancer et débloquera peut-être votre situation, alors accrochez-vous.

Le rêve de l’infopreneur, ou la promesse empoisonnée

L’infopreneuriat, c’est-à-dire le fait de vendre de l’information sur Internet, généralement sous la forme de formations digitales soutenue par du blogging et de l’affiliation, est une pratique marketing valable et intéressante.

J’ai moi-même vendu avec beaucoup de succès des formations utiles, et beaucoup de mes clients ont également monétisé leur expertise grâce à cette approche.

Le problème ce n’est pas l’infopreneuriat lui-même, c’est la mythologie qui y est associée. Une série de mythes séduisant mais dangereux, dont voici les principaux :

 

# Le mythe : Il est facile de faire de l’argent en ligne

La vérité : Il est simple de faire de l’argent en ligne, mais ça n’est pas plus facile que de faire de l’argent dans n’importe quel domaine. Ça demande du travail, du temps et du talent.

# Le mythe : Il n’y a pas besoin de capital pour se lancer en ligne.

La vérité : Il est possible de se lancer presque sans capital. Mais la qualité du résultat en souffre, ou alors le temps pour l’atteindre est démultiplié.

# Le mythe : Réussir en ligne prend peu de temps.

La vérité : Si on a pas de capital, on doit donner de son temps pour compenser. Tout faire tout seul prend énormément de temps.

Internet, Eldorado extra-terrestre ?

Si l’on en croit les mythes ci-dessus, Internet serait une sorte d’Eldorado (le pays des richesses infinies et accessibles à tous). Mais un Eldorado qui ne semble pas obéir aux lois des affaires.

En effet, tous les pré-requis de la réussite en affaire (travailler beaucoup, créer une stratégie solide, prendre des risques, etc) semblent s’envoler sur Internet si l’on en croit les promesses de l’infopreneuriat tel qu’il est habituellement marqueté.

En quelque sorte, Internet serait une exception, qui nous permettrait de réussir sans avoir les pré-requis qui nous sont demandés ailleurs. Une sorte de porte dérobée dans le salon des millionnaires…

La réalité est toute autre : il y a beaucoup plus de points communs que de différences entre le monde du “en ligne” et le monde du “hors ligne”, et les conditions sine qua non d’un succès commercial sont donc sensiblement les mêmes.

La naissance de “l’entrepreneuriat fast food”

La conséquence néfaste de ce qui a été dit ci-dessus, c’est que les mythes et promesses qui constituent la mythologie de l’infopreneuriat attirent des gens qui y croient, et donc des gens qui ont une approche totalement faussée des affaires.

Ceux qui adhèrent à cette culture pensent donc réussir sans prendre de risques, en travaillant très peu, et sans attendre. Ils veulent une entreprise au succès rapide et facile.

J’appelle ça l’entrepreneuriat fast-food ! Ce que ces gens veulent, c’est la version McDonalds d’une entreprise : un truc simple, accessible sans effort et qui nourris bien.

Bref, on a une inadéquation totale entre la réalité du terrain et les attentes de l’apprenti entrepreneur en ligne. Ce dernier peut se bercer d’illusion un moment, mais finit presque toujours par sentir cette inadéquation, au moins intuitivement. Et les conséquences sont dures :

Les conséquences pour l’apprenti entrepreneur

Lorsque l’apprenti entrepreneur constate cette inadéquation entre “ce qui devrait se passer” selon la mythologie de l’infopreneuriat, et ce qui se passe réellement dans son cas précis, il fait face à 3 conséquences fâcheuses :

1. Un sentiment de trahison, de désillusion, qui provoque à son tour une perte de motivation. Et nous le savons tous, impossible de réussir sans motivation, surtout par contraste avec une motivation artificiellement boostée par des fausses promesses.

2. L’impression de faire les choses au hasard, une confusion générale… l’apprenti entrepreneur, dans son parcours, a tout de même rassemblé un certain nombre de pièces importantes, mais il ne sait absolument pas comment les assembler en un tout cohérent.

3. Un gaspillage de temps, d’argent et d’énergie : A cause du point précédent, l’apprenti réalise qu’au lieu d’aller le plus directement possible vers son objectif, il a été dévidé de celui-ci, attiré par les objets scintillants que sont les formations des gourous sur des techniques “révolutionnaires” et les derniers gadgets “incontournables” à mettre absolument sur son site.

Si vous êtes vous-même un apprenti entrepreneur en ligne, est-ce que ces 3 points font écho à votre propre situation ? 😉

Pourquoi j’ai décidé de me retirer de ce marché

Je précise tout d’abord une chose. Lorsque je dis “retirer de ce marché”, je ne parle pas du milieu de l’entrepreneuriat et du marketing Internet au sens large, mais uniquement de cette culture “infopreneurs” et des mythes dangereux qu’elle véhicule (rassurez-vous, je n’ai pas encore l’intention de me retirer du monde pour élever des lamas !)

Mes clients et partenaires le savent, je n’ai jamais donné dans cette approche basée sur les belles promesses, la négation de la difficulté et l’entrepreneuriat fast food… Mais je ne veux pas être coupable par association. Ni, par ma présence dans ce milieu, travailler avec des clients adeptes de cette culture qui n’est pas la mienne. Il y a 2 problèmes fondamentaux avec ces derniers :

1. Des clients bercés par la mythologie de l’infopreneuriat auront souvent les mêmes attentes irréalistes qu’habituellement en travaillant avec moi : vous n’imaginez pas le nombre de fois où j’ai reçu des demandes de remboursement et emails agressifs de clients qui me traitent d’escrocs parce que j’attends un travail de leur part ! 😉 Franchement, je ne veux plus avoir à gérer les attentes irréalistes de certains touristes, pour pouvoir me concentrer sur des clients sérieux.

2. Il ne faut pas se mentir, les clients qui ont cette attitude n’auront pas pas de résultats à montrer. Ils se décourageront trop vites, ne passeront pas à l’action, chercheront des boucs émissaires, etc. Et pour un formateur tel que moi, avoir des clients qui ont des vrais résultats est une exigence non seulement éthique, mais aussi stratégique.

Bref, travailler dans ce marché avec des gens qui ont des attentes faussées et des résultats inexistants me parait être une situation perdant-perdant : et j’ai toujours eu comme principe fondamental en affaires de penser en termes gagnant-gagnant.

Là, je ne vois pas comment ce pourrait être possible.

Ma solution définitive à ce problème

Est-ce que cela veut dire que je vais arrêter de produire des formations en ligne ? Bien sûr que non !

Au contraire, je vais continuer à accompagner des entrepreneurs qui souhaitent utiliser Internet pour porter leurs idées, mais en introduisant 3 différences :

1. La première différence, c’est que je vais être beaucoup plus sélectif avec les personnes avec qui je choisis de travailler : j’en ai terminé avec la diplomatie, et je n’hésiterai pas à envoyer promener ceux qui sont dans cette culture de l’entrepreneuriat fast food et qui refusent de se remettre très vite en question.

2. La seconde différence, c’est que tout mon ciblage visera à décourager ces gens-là, et à attirer au contraire ceux qui ont l’attitude et les attentes d’un véritable entrepreneur (des gens prêts à travailler, à prendre des risques, à investir).

3. Enfin, je vais fusionner autant que possible mes 2 “casquettes” de formateur et de consultant : il n’y aura plus tant de distinction entre les clients de mon bureau de consulting et les clients de mes formations en ligne, comme c’est le cas jusqu’à maintenant où les 2 domaines sont complètement séparés.

Les points 1 et 2 s’occupent de mes propres besoins, et le point 3 aura 2 conséquences fondamentales pour le succès des entrepreneurs qui décident de travailler avec moi :

Les 2 besoins des apprentis entrepreneurs qui manquent presque systématiquement

Cela fait des années qu’en tant que formateur je me pose la question “Pourquoi si peu d’apprentis entrepreneurs en ligne qui investissent dans des formations ne passent pas à l’action ou ne connaissent pas le succès espéré ?“. J’ai même mené une importante étude sur le succès en ligne avec des milliers de participants pour trouver une réponse.

Ma réponse s’est raffinée au fil du temps, et là je crois avoir identifié la source profonde du problème. Cette source transparait dans les 2 besoins fondamentaux des apprentis entrepreneurs en ligne, besoins qui ne sont presque JAMAIS satisfaits par les formations :

 1. Le besoin d’un plan clair étape par étape : La cause profonde dont je parlais avant laisse l’apprenti avec un sentiment de confusion, l’impression d’avoir toutes les pièces du puzzle mais d’être incapable de l’assembler.

Presque tous les sondés de mon étude mentionnent le besoin d’un plan à suivre qui montre les étapes de A à Z. Ils sont perdus dans les détails et manquent de vision d’ensemble.

2. Le besoin d’un accompagnement personnalisé : Le marketing Internet est un métier, et à moins d’être eux-même des pros du domaines, l’apprenti entrepreneur en ligne aura toujours des difficultés à appliquer le contenu de la formation à son cas spécifique.

Pour cette raison, la grande majorité des sondés ont aussi fait mention du besoin d’être accompagné, de bénéficier d’un regard extérieur d’expert qui les aide à appliquer le contenu de la formation à leur cas spécifique.

Vous sentez-vous concerné par cette problématique ?

J’ai écrit cet article pour moi, pour mes collègues et partenaires, pour mes clients, mais avant tout pour les fameux apprentis entrepreneurs. Comme je le disait au début, le but est de provoquer chez eux UN CHANGEMENT RADICAL DE PERSPECTIVE !

Alors si vous êtes vous-même un apprenti entrepreneur en ligne ou un “infopreneur”, je vous demande de faire un effort d’introspection, d’être absolument honnête avec vous-même et de répondre à la question :

“Est-ce que vous vous reconnaissez là-dedans ?”

Ce que je vous demande-là, c’est un véritable travail de remise en question : essayez de garder en tête mon article, et les conclusions qu’il vous a fait tirer, lorsque vous serez encore sollicité par un gourou vendeur de rêve. Essayez de vous concentrer sur ce que vous voulez VRAIMENT, et sur les moyens de l’obtenir.

Bref, entraînez-vous à renoncer, malgré son côté attrayant, à la culture de l’entrepreneuriat fast food et à ne pas poursuivre tous les hochets brillants que des vendeurs de rêves agitent pour vous détourner de votre chemin.

Je sais que ce travail est loin d’être facile, et que cet article, aussi honnête soit-il, n’est pas la lecture la plus réjouissante du monde si vous souffriez vous-même des illusions décrites précédemment. Alors j’aimerais terminer sur une bonne nouvelle :

J’ai 2 BONNES NOUVELLES pour vous !

1. La 1ère bonne nouvelle, c’est que je n’ai pas l’intention de présenter des problèmes sans apporter de solution concrète. Une solution qui adresse les 2 besoins fondamentaux de la quasi-totalité des apprentis entrepreneurs en ligne (le besoin d’un accompagnement personnalisé, et le besoin d’un plan de A à Z).

2. Et la 2ème bonne nouvelle, c’est que malgré ce que vous pourriez croire en m’ayant lu jusqu’ici (notamment l’idée de sélection des clients, d’accompagnement, etc.), cette solution sera étonnamment accessible.

Je suis en train de préparer une vidéo pour vous expliquer tout ça : elle reviendra sur la fameuse cause profonde de votre insuccès en ligne, de laquelle tous les problèmes évoqués ici découlent, et elle vous expliquera très clairement la solution que je me propose de vous apporter.

EDIT : LA VIDEO EST MAINTENANT DISPONIBLE ! CLIQUEZ ICI POUR LA DÉCOUVRIR MAINTENANT !

Voilà, je vous remercie de m’avoir lu, et je vous souhaite un très grand succès, en espérant pouvoir vous aider à l’atteindre !

Dushan

 

P.S : J’ai beaucoup parlé, mais maintenant j’adorerais que vous soyez actif à votre tour. Je vous serais donc très reconnaissant si vous vouliez bien :

1. Partagez cet article avec vos contacts sur Facebook, Twitter, etc. si vous l’avez trouvé utile, en utilisant la barre de partage à gauche.

2. Laissez moi un commentaire ci-dessous pour me dire ce que vous pensez de ma démarche (je lis tout et répond personnellement chaque fois que nécessaire).

 

Comments

  1. Prudence B.

    Merci Dushan pour cet article qui est une vraie piqûre (de rappel) et qui tombe à point nommé. Ces lignes traduisent un véritable sentiment d’exaspération éprouvé par les personnes ambitieuses, honnêtes et sérieuses [Dont je fais partie:)].

    Qui ne s’est jamais laissé prendre au jeu du « Tout! Tout de suite et maintenant » ? On est en droit de vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Encore faut-il accepter au moins de se déplacer et faire ce qu’il faut pour l’obtenir. Tout ça pour dire qu’il faut un minimum de « travail, de temps et de talent » pour passer d’un point A à un point B.

    Je pense qu’il faut tout simplement redonner ses lettres de noblesse à internet et redorer le blason de ces entrepreneurs qui en veulent vraiment. Nul besoin de prendre des gants pour crier au scandale lorsque des charlatans promettent monts et merveilles à des âmes en quêtes de procédés pour faire fortune. Merci de le faire à travers cet article.

    Pour ma part, j’ai compris une chose que l’article vient confirmer : il n’y a pas d’ascenseur qui mène à la richesse, il n’y a que des marches d’escaliers.

    Prudence B.

    Sociologue et coach relationnel.

    1. Dushan Jancik

      Merci pour le message Prudence !

      J’aime particulièrement ta distinction entre l’ascenseur et les marches d’escaliers. 😉

      Amicalement,
      Dushan

  2. Raphael Rousseau

    Super article, Dushan ! Tu pourrais en faire un produit d’information à lui-seul 🙂

    Sérieusement, n’hésite pas à le transformer en “Lettre ouverte à un apprenti infopreneur”, car tu mets les points sur les “I”, là où d’autres enfument largement des “gogos” qui ne demandent qu’à croire à un monde “meilleur” (comprendre ici : juteux, rapide et facile).

    Je comprends en tout cas ta position en tant que consultant et formateur : éviter de te trouver victime des mirages des autres !

    A+

    1. Dushan Jancik

      Haha, un produit d’information à lui seul, je ne sais pas, mais une lettre ouverte, c’est bien l’idée ! Et la suite (dans quelques jours) ira dans le même sens. 😉

      C’est bien ça le problème : même si on ne donne pas soi-même dans les mirages et les fausses promesses, on se retrouve parfois face à des gens conditionnés par eux, et du coup on est influencé même lorsqu’on essaie d’être à contre courant.

      Merci Raph pour ton message, et à bientôt !

      Dushan

  3. petru

    Je viens de découvrir, à mes frais, que ses formateurs de fortune vendent des illusions à des prix mirobolants!

    Le débat m’intéresse.

  4. Bonjour Dushan,
    Je suis tout à fait d’accord avec ton approche de la problématique des “apprentis du web”qui sont la proie des aficionados de la connaissance sur le web, qui ne donne que le début de la démarche sans allez plus loin, même en payant de fortes sommes pour avoir accès aux clés de la soi-disant réussite.
    Je navigue depuis longtemps sur le web sans résultats miraculeux et malgré une implication totale et des heures passées à travailler sur le référencement de mes sites où blogs et je peut dire que l’on rencontre de tout sur le net du bon et du mauvais, du très mauvais aussi, c’est pour cette raison qu’il faut resté très prudent et vigilant quand aux investissements à accorder aux formations ou achat de formules exceptionnelles (qui ne le sont jamais).
    Il faut cependant être conscient du matériel nécessaire pour réussir, que ce soit sur internet comme dans l’entreprise physique, certains outils sont indispensable et il faut bien entendu investir pour ce les procurer et tant qu’à faire, choisir les plus adaptés au meilleur prix.
    Mais cela, je présume que ceux qui se lance dans les affaires quelles quelles soient, le savent….
    Merci pour cette réflexion qui va ouvrir, j’en suis convaincu, les yeux aux incrédules.
    Dans l’attente de ta vidéo.
    Cordialement
    Daniel

    1. Raphael Rousseau

      Merci pour cette réflexion qui va ouvrir, j’en suis convaincu, les yeux aux incrédules

      Au contraire ici, il s’agirait d’ouvrir les yeux aux crédules. 🙂

  5. Quel dommage que je n’ai pas lu ton article à mes débuts en 2008.
    Que de temps perdu et je ne parle pas de l’argent investi !!!
    Bravo

  6. Sylvie

    Bonjour Dushan
    Je fais partie de ces gens qui sont tombés dans le panneau du miroir aux alouettes même si j’étais dubitative sur le fait d’avoir peu à travailler. Et j’ai bien vite compris ma douleur, étant une presque sénior. Ma génération n’est pas née avec l’informatique et ce qui semble évident aux uns n’est pas du tout évident pour les autres dont je fais partie.

    Même si ces formations marketing m’ont appris beaucoup de choses sur le plan marketing et m’ont donné la capacité d’avoir un joli vernis bien brillant avec une aura de compétence, la vérité est toute autre!

    Auprès des gens qui ont envie de faire le blog je suis capable de leur expliquer comment l’utiliser, comment avoir des contacts et se drainer une clientèle, les fidéliser, etc… Mais dans la pratique je n’ai toujours pas réussi à me construire de blog pour faire la promotion de mes activités du monde physique. La technique m’arrête. J’ai du mal avec les css et les plugins et autres bestioles du même genre. Et tout cela ne s’invente pas!
    Alors, je continue d’utiliser les emails auprès de ma clientèle en faisant de simili “lancement orchestrés” sur le principe d’un auteur bien connu.

    Je suis tout à fait d’accord avec toi concernant la nécessité d’avoir un interlocuteur physique, même derrière son écran d’ordi, pour répondre à nos multiples questions techniques. En ce qui concerne le plan clair étape par étape, je pense que j’en ai construit un sans trop de difficulté, même si j’ai du déplacer ou permuter un certain nombre de critères pour être cohérente dans ma stratégie de développement. Et même sans internet, si on est un tant soit peu astucieux et logique, il existe de multiples opportunités de développer son carnet de contacts et de fidéliser ses clients et prospects. Le jour ou j’aurai enfin un site/blog j’aurai déjà une bonne liste de gens qui n’hésiterons pas à pratiquer la recommandation, de la même manière qu’ils le font maintenant.
    Seul, le support aura changé!

    ll y aussi un point que tu n’abordes pas dans ton pamphlet : la nécessité de se construire une architecture de développement pour la construction de son blog/site et donc, de penser son projet largement en amont. Je pourrai rentrer dans le détail si cela intéresse certains d’entre vous car il y a de nombreuses étapes incontournables qu’il est intéressant d’identifier pour ne rien oublier.
    Et lorsque je rencontre des gens qui veulent monter leur blog, je n’hésite pas à leur transmettre le petit” vade-mecum” du parfait bricoleur.

    Autre point qui manque dans 95% des formations existantes sur le marché : un support papier ou pdf (bref que l’on peut imprimer) avec des photos des écrans afin de nous faciliter l’application de ce qui est mentionné dans la vidéo.

    D’où la nécessité d’une mise à jour constante et régulière des informations transmises lors des formations. Il est odieux d’acheter une formation ou l’on vous parle de digglike et de découvrir que cela n’existe plus, d’avoir un tutoriel vidéo qui vous dit de faire ceci ou cela et l’écran du fournisseur a totalement changé d’aspect et vous tatonnez et perdez un temps précieux pour arriver au résultat obtenu. Et après, ces gourous marketeurs sont étonnés que peu de gens arrivent au bout de leur formation! Franchement, plus on est vieux, plus on a du mal. Alors, bon sang, faites en sorte que vos élèves aient des élements “à jour” sur lesquels ils puissent vraiment s’appuyer!!!

    Bref j’en ai fini avec ce coup de gueule bien mérité et je voudrai saluer ton courage d’avoir osé cette analyse que nous sommes nombreux à avoir fait tout bas mais sans avoir oser l’exprimer à voix haute. Enfin une personne qui a de l’éthique! Et ceci n’est malheureusement pas très courant.

    Je te souhaite de la réussite dans ton business et je continue à profiter de tes infos au travers de ton blog.
    Cdlt

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Sylvie, et merci d’avoir pris le temps de me laisser ce commentaire détaillé et pertinent ! Tu dis :

      “ll y aussi un point que tu n’abordes pas dans ton pamphlet : la nécessité de se construire une architecture de développement pour la construction de son blog/site et donc, de penser son projet largement en amont.”

      Effectivement, c’est un point important, et je vais en parler dans la vidéo.

      Amicalement,
      Dushan

  7. Fabien

    Bonjour,
    Se lancer demande énormément de temps, déjà pour lire tous les ebooks et trier dans tous ces conseils et méthode. À force on ne suit que quelques infopreneurs, dont toi.
    Après on a des idées intéressantes qu’on cherche à monétiser. Et c’est là que je bloque. Vendre des formations alors que je n’ai pas percé, je ne suis pas crédible. Alors j’écris des sur des sujets qui me passionnent en attendant de trouver des sources de revenus. Et quand on est salarié et avec des enfants, le temps manque cruellement…
    À bientôt

    1. Dushan Jancik

      Fabien, l’intérêt est justement de vendre des formations dans un domaine où vous avez une légitimité et une crédibilité. Sinon, ce sera extrêmement difficile.

  8. MarC

    Bonjour et merci pour votre article…
    Je suis à l’écoute du milieu des info-preneurs francophones (qui se prennent pour des superstars) depuis quelques semaines/mois maintenant en contacts avec plusieurs acteurs majeurs et je vois bien qu’il s’agit d’un créneau très “porteur” en ce moment… d’ailleurs à tel point que même les québécois traversent actuellement l’Atlantique 🙂 !!!

    Je me pose cependant la question du sérieux de leurs enseignements qu’ils vendent à coup de milliers d’€uros…

    J’attends votre vidéo pour me convaincre qu’il puisse exister d’autres choses plus sérieuses, moins “bling-bling” et surtout de plus réalistes… 🙂
    Cœurdialement,
    Marc.

    1. sicrier

      Bonjour

      Oui j’ai apprécié votre proposition d’aide à + D’1 titre,

      mon manque de connaissance en informatique

      difficultés à utiliser les stratégies conseillées et enfin surtout pouvoir développer une stratégie fiable et porteuse

      Alors cette offre me convient personnellement et surtout j’espère qu’elle me permettra de réaliser ce projet avoir une activité basée dans un premier temps sur l’affiliation

      Comment trouver les bons produits et les bonnes marges

      Merci de votre réponse et de votre aide

  9. Bertrand

    Bonjour Dushan,

    Les vacances permanentes, la semaine de travail de 4 heures, l’argent qui rentre tout seul…ce sont des arguments de vente qui fonctionnent effectivement pour une clientèle dont l’essentiel ne fera rien de la formation ainsi vendue.

    Mais ça ne veut pas dire que vendre en ne promettant rien qu’une formation sérieuse donnera plus de formés gagnant réellement de l’argent sur le net. Et dans le même temps de nombreuses inscriptions auront été perdues. Tous les marketeurs qui font du “hype” ne sont pas malhonnêtes, ils ont pu tester différentes pages de vente et constater que plus c’est gros plus c’est cher plus les prospects passant à l’acte sont nombreux.

    Donc je suis neutre sur ta démarche (je crois me souvenir qu’on se tutoie, sinon excuse moi, ça fait longtemps qu’on n’a plus interagi !). Mon souci c’est moi : depuis 3 ans que je m’intéresse à comment gagner de l’argent sur internet je n’ai strictement rien fait. Mais comment me détecterais-tu si j’essayais de m’inscrire à la formation que tu vas proposer, et refuseras-tu réellement un paiement de ma part ? Il me semble que dans ce domaine l’éthique (surtout pour les formations à plus de 400 euros, chiffre au doigt mouillé) consiste surtout à éviter que des gens en difficulté financière s’inscrivent.

    Donc en ce qui me concerne je me contente de limiter mes achats de produits de formations dont je ne ferai rien (j’ai dû dépenser 50 euros en 2012 environ, 1 dollar (essai d’une semaine) cette année) en attendant de me motiver ou de passer à autre chose (qui demanderait là aussi une motivation).

    Si déjà tu arrives à ce que 30% de débutants d’une formation internet gagnent plus de 50 euros par mois avec ta formation tu seras le roi du marché francophone !

    Si l’éthique t’intéresse plus que l’argent (mais je me demande si c’est possible sur cette niche ! De plus ton principal devoir vis-à-vis de tes clients est que ton entreprise vive, donc que ce soit financièrement viable) n’accepte que des clients qui gagnent déjà de l’argent sur le net preuves à l’appui. Là tu auras forcément affaire à des gens qui savent que gagner sans rien faire ou sans rien faire faire est juste du discours de page de vente pour débutants.

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Bertrand,

      Merci pour ce commentaire et ces critiques très pertinentes,

      Je pense comme toi, la “sélection à l’entrée” est indispensable pour augmenter le taux de réussite d’une formation… Mais j’apporterai 2 précisions :

      1. Il y a différentes manières de faire cette sélection

      2. Gagner déjà de l’argent en ligne n’est selon moi pas le critère essentiel. Pour moi, le critère essentiel est l’état d’esprit : en effet, je vois parfois des gens avec un état d’esprit solide qui ne gagnent pas encore en ligne parce qu’ils sont égarés, mais je SAIS qu’ils ont le potentiel pour le faire.

      Merci pour le commentaire et à bientôt j’espère !

      Dushan

  10. Alain

    Cet article reflète en tout point ma réflexion sur l’infopreunariat.

    J’ai comme toutes les personnes qui désirent se lancer sur internet suivi un certain nombre de formations et cru au mythe du tous facile.

    J’ai créé un blog en novembre 2012, aujourd’hui il est à l’arrêt car j’ai pris conscience du fait que cela demande beaucoup d’investissement, de motivation et de temps.

    J’ai été commerçant pendant cinq ans et ton parallèle entre le monde en ligne et celui du hors ligne me semble d’est plus justifié.

    Seul le travail compte et être accompagné par une personne qui connaît le monde d’internet et qui est prête à mettre ses connaissances au service des futurs entrepreneurs c’est la voie royale vers la réussite.

    Sur le net se trouve tout et n’importe quoi, mais heureusement parfois on peut trouver des personnes prêtes à mettre tout leur savoir à notre disposition. Le plus difficile c’est d’avoir la chance de tomber sur leur site.

    Mettre en place une formation détaillée d’A jusqu’à Z me paraît intéressante. Mais quel travail! et quel en sera le coût.

    En ce qui me concerne je ne pense pas suivre une formation supplémentaire. Je suis plus à la recherche de conseils complémentaires à ce que j’ai appris.

    Merci pour cet article qui est nécessaire pour les futurs infopreneurs.

  11. Bruno

    Bonjour,
    Après avoir bossé sur la méthode que j’ai mis au point je me réjouissais de pouvoir la vendre sur internet avec un blog vachement bien réalisé: je vends moins que sans mon blog.
    Dommage que ta vidéo ne soit pas déjà prête pour se rendre compte si tes solutions sont celles que nous attendons.
    Ce sera peut-être une bonne nouvelle. La mauvaise c’est qu’il faudra encore et encore payer.
    Moi j’attends d’un consultant efficace qu’il accepte d’être payé en fonction des résultats: je paie mon web-master et le correcteur au %. C’est ça la vrai solution.Et derrière une méthode il y a d’autres produits dont un physique totalement exclusif ( ils le sont tous d’ailleurs)
    Bonne journée.

  12. BERTRAND

    Vous vous adressez à des apprentis infopreneurs. Donc ceci ne me concerne pas. Je ne suis ni apprenti, ni infopreneur en herbe. Mais vous avez bien raison d’en parler.
    Il est bien évident que sur internet on trouve toute une salade de vendeurs déguisés. De quoi faire tourner la tête à n’importe qui. Mais en dehors d’internet c’est pareil. Comment trouver celui qui est sérieux et capable de vous aider ? Je n’ai pas de solution rapide. C’est la vie.
    Comme il a été écrit voici 27 siècles dans le Tao Te Jing, en paraphrasant un peu “C’est au résultat que l’homme est reconnu”
    Bravo pour votre essai de clarification.

  13. daniell

    Bonjour Dushan,

    Qu’y a-t-il de polémique dans votre article?
    Vous ne faites que dire des vérités . D’autant
    plus que, je suis certain que vous avez atténué
    en coupant certains passages de votre texte.

    Bien sur qu’il y a des problèmes de passage
    à l’acte. D’après moi, c’est de faire croire aux
    apprentis qu’il y a une différence entre le monde
    en ligne, et hors ligne. L’accès à l’entrepreneuriat
    en ligne est simplifié par rapport au hors ligne.
    Une fois lancé, l’investissement personnel doit
    être total dans les deux cas.

    Dans le hors ligne, aujourd’hui un banquier vous
    accordera plus d’importance pour une opération, avec
    un projet bien monté, et un apport de 40%, que si vous
    arrivez les mains dans les poches.(Sélection naturelle?)

    Nous ne sommes que ce que nous valons.Certaines personnes possédants la fibre réussirons à coup sur,pour les autres,
    la route est longue et pleine de désillusions.
    Des marchands de rêve, il y en aura toujours, et partout.

    Ce qui est terrible derrière son écran, c’est de ne pas
    savoir partager.

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Daniell,

      L’aspect polémique est sans doute que ma critique porte plus sur les acheteurs de formations miracles et l’attitude sous-jacente que ça implique, plutôt que de faire une énième critique des méchants gourous (même si je ne cautionne pas l’escroquerie pour autant, évidemment).

      Et non, je n’ai rien atténué. Mais je ne veux pas non plus être polémique juste pour faire le buzz en aiguisant les propos au détriment de la nuance.

      Merci pour votre commentaire, au plaisir !

      Dushan

  14. TICHANE

    Bonjour,
    J’ai beaucoup apprécié cet article, en ce moment je fais exactement pareil, je cible, je trie, les personnes négatives je n’en veux pas, les gens qui veulent réussir sans rapporter, je prends, la qualité, quoi.

    C’est dur d’entendre cela, mais pour me protéger je suis obligée de le faire, donc c’est pour ça que je comprends très bien ce coup de gueule en fait qui n’en est pas, c’est une mise au point claire et précis.

    D’abord, il faut apprendre, faire des formations avec des personnes sérieuses, et après on devient maître de son destin et encore pour grandir il faut encore affronter. Rien est acquis, il faut toujours apprendre.

  15. Oui, ma fonction dite officielle me permet de dire et affirmer que l’on peu en faire un produit d’information plus élargi. A savoir l’appliquer dans sa philosophie à toutes les créations d’entreprises (même hors WEB). Beaucoup cherchent un vite fait rémunérateur avec des recettes toutes prêtes aussi bien fiscalement que juridiquement, socialement et en gestion aussi.

  16. villeneuve Jean Pierre

    Bonjour Dushan,
    Effectivement, beaucoup de choses m’ont interpellé dans cette démonstration”. En effet, outre le fait que je ne pouvais pas adhérer financièrement à toutes les propositions faites, je me posais quand même la question de savoir s’il y avait de a méthode dans toutes ces propositions… J’avoue, j’ai 57 ans, je n’ai jamais abdiqué sur l’idée qu’un jour, je serai autonome et indépendant, et ma première expèrience réussie fut le copywriting, qui m’excite encore, mais je suis aussi salarié, et le temps me manque parfois.
    Voilà, donc bravo et merci pour vos conseils. Je vais attendre la vidéo que je vais regarder..
    Jean Pierre

  17. Gabriel

    Bonjour Dushan et merci pour cet article, qui remet ” les pendules à l’heure”, et des 2 cotés, d’ailleurs; du coté des “clients”, futurs entrepreneurs potentiels, et du coté des “fournisseurs”, formateurs, coach ou vendeurs de rêves en tout genre. Quand je dis “vendeurs de rêves”, il n’y a rien de péjoratif dans ce propos, au contraire. Moi aussi, j’aimerais réalisé mon rêve, mais je veux trouver un vendeur correct, honnête et sincère. Bien sûr, et je suis d’accord, il faut que l’acheteur soit lui aussi correct, honnête et sincère (d’abord avec lui-même)et qu’un véritable “partenariat” basé sur la confiance soit établi.
    L’analyse décrite dans ton article est intéressante, mais même si le formateur est “au top”, on est toujours confronté a l’aspect psychologique ou plutôt le monde intérieur du requérant. Il veut, oui, il veut ou voudrais bien, mais est-il suffisamment “prêt”, suffisamment “motivé”, suffisamment confiant et surtout suffisamment engagé envers le succès de son entreprise, et non pas croire à une baguette magique “vendue” par le “guide-gourou”?
    Alors, oui, je suis pour une sélection, judicieuse, et pourquoi pas sévère, mais en contre-partie, le coach devrait vraiment superviser le projet personnel de son coaché, pas seulement en lui donnant des conseils qui restent somme toute de la théorie, mais en exigeant un “exercice” pratique ou une mise en situation, qui va faire avancer le projet personnel de son coaché. Je suis bien entendu d’accord avec le fait que le “l’apprenti” doit faire les choses, mettre les “mains à la pâte”, et non s’appuyer sur son formateur pour que ce dernier fasse les choses à sa place. C’est important. Un engagement, des 2 cotés , c’est important.

    OK, ok, cela semble presque impossible, car le coach va dire: “Mais ça va prendre trop de temps, et je ne peux pas m’occuper de 1500 personnes en même temps, et par conséquent je vais perdre du fric, il faut bien que je mange moi aussi !”
    Bien sur, mais il doit bien y avoir une solution a ce problème, et pour ma part, si je puis démontrer le sérieux de mon engagement a aller vers la réussite et le sérieux de ma démarche, en autant que je sois convaincu d’avoir affaire a quelqu’un qui soit un véritable expert et qui va me mettre sur les rails sans aucun doute, alors, je serais prêt a considérer un partage des bénéfices sur l’activité de mon projet, monté de concert avec le coach. Parce qu’on s’entend qu’une formation qui est mené par quelqu’un de compétent et qui ne va faire que des apprentis (sérieux et sélectionnés) qui auront aboutis sur un projet solidement implanté, ce genre de formation et/ou de coaching, cela doit couté “la peau des fesses”, et que bien évidemment tout le monde n’a pas un budget “de fou” pour démarrer !
    D’où l’intérêt de “récompenser” les efforts par un partenariat, au moins financier ! Va-t-on vers un tri sélectif des coachés qui mène à un vrai succès, sans faux formateur, sans faux apprentis ?

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Gabriel,

      Merci d’avoir laissé ce commentaire très intéressant.

      Nous sommes d’accord, et vous décrivez d’ailleurs exactement ce que je fais avec mes clients de consulting.

      Après, comme vous le dites, l’enjeu est de trouver un moyen de rester accessible sans y laisser sa chemise. C’est sur ça que je travaille en ce moment.

      Quant au partenariat, c’est une idée intéressante mais qui présente de nombreux pièges, pour le coaché comme pour le coach. Mais c’est aussi une solution que j’envisage, pour l’instant au cas par cas.

      Amicalement,
      Dushan

  18. Bonjour Dushan,

    J’ai fait exactement le même changement dans mon entreprise, pour les mêmes raisons. Bravo pour cet article qui résume très clairement la situation! Il est vrai que ce n’est pas une question que le web est complexe mais plutôt que les gens qui veulent devenir “riche” par le web sont souvent des gens qui ont un emploi, et qui oublient qu’il faut devenir entrepreneur pour réussir, avec tout ce que ça implique.

    Très belle introduction pour tes services Dushan, bravo 😉

    1. Dushan Jancik

      Salut Stéphanie,

      Merci d’être passée par ici et d’avoir donné ton avis, ça me fait très plaisir.

      D’autant que je sais qu’effectivement, comme quelques autres, tu fais partie de celles et ceux qui changent d’approche par rapport à “l’infopreneuriat”.

      J’aime beaucoup ta formulation concernant la nécessité de devenir un entrepreneur… Sans doute un état d’esprit qui doit être forgé, qu’on invente pas en 5 minutes parce qu’on change d’activité.

      Au plaisir,
      Dushan

  19. Bonjour,

    Rêver, utopie nous fait grandir. Les réaliser c’est du bonheur.

    Voici plusieurs années que je continue à croire au succès dans mes multiples domaines. Je l’ai eu point vue santé et le monétaire arrive pas à pas.

    La lecture de vos deux solutions à provoqué une montée d’adrénaline en moi.

    Chaque chemin d’entreprise pour moi est comme un chemin de vie, rien n’est planifiable malgré tout les plans. J’apprends de mes erreurs passées.

    Un coach pourrait tout arrangé et bien j’ai eu des coachs pour ma santé (infirmière, médecins, psychiatres,…), pour mes affaires sur internet et dans la ville, canton. J’ai investi encore et encore…et à part me rendre coupable de ne pas être à leur espérance et des miennes.

    Cette fois ci je pars avec un équipe d’amis et biens tiens cela fonctionne.

    Voilà mes expériences de formatrices informatiques, entreprises, méditations. Maintenant, ils traversent la rue pour me dire merci, je sais utilisé un ordinateur, ma santé s’améliore.
    Je dis merci à toutes mes équipes.

    Victoire (oui, c’est mon prénom)

  20. Gisèle

    BRAVO ! DUSHAN VOICI UN ARTICLE CLAIR ET DETERMINE…
    EN CE QUI ME CONCERNE J’ADOPTE VOLONTIER LA PHYLOSOPHE DE MONSIEUR LOUIS DE FUNES:
    “JE CULTIVE MON JARDIN ET DANS MA VIE PROFESSIONNELLE COMME DANS MON CARRE DE JARDIN,J’AI BIEN L’INTENTION D’EN EXCLURE LES NAVETS”
    CELA DIT ENCORE FAUT-IL PARVENIR A DISTINGUER LES “NAVETS ” .IL EST VRAI QU’EN RAISON DE LA CULTURE INTENSIVE LES NAVETS SE DEFORMENT A VUE D’OEIL.
    RESULTAT JE TRAVAILLE “D’ARRACHE PIED” MAIS PEUT-ON CONSIDERER
    CELA COMME UN “TRAVAIL” LORSQUE L’ON AIME CE QUE L ‘ON FAIT…
    A+

  21. Dominique

    Bonjour,

    Dushan, je trouve que tu ne parles pas souvent, ou est-ce moi qui entend peu!, en tout cas, lorsque tu parles ça fait mal à chaque fois. Sans doute suis-je maso!

    Bravo pour cette prise de position courageuse et honnête. Il y a maintenant presque un an que je recherche sur internet. J’ai trouvé de tout, du bon et du mauvais. J’ai testé différentes choses, différents systèmes. Tous ont un point commun. Ça ne fonctionne pas ou peu et certainement pas comme annoncé.

    Je suis écœuré au sens littéral du terme, des ces annonces “fast-food”. Je m’interroge beaucoup sur notre monde, maintenant que le “simple – tout de suite – et sans effort – et beaucoup de résultat” est devenu la norme. C’est la même philosophie qui prévaut dans le journalisme, le travail et autres sphères d’activité humaine.

    Bref, vous comprendrez mon impatience actuelle pour cette vidéo promise bientôt!

    Dominique

    1. Dushan Jancik

      Merci pour votre enthousiasme et pour votre “masochisme”, Dominique !

      Là vidéo arrive tout bientôt ! 😉

      Amicalement,
      Dushan

  22. Jean SEGUR

    Bonjour,

    Nous voici au temps du Klondike.

    Des vendeurs de pelles qui ont fait fortune et de l’autre
    des dizaine de milliers de ruinés sans compter les tragédies.

    Ce que nous constatons au quotidien ce n’est que bis repetita
    des intervenants, ou gourou du prêt à consommer, ou désillusions.

    Mon premier cours de marketing durant cinq semaines fut en 1960
    pour une société américaine.

    Souvent j’ai constaté le retard effarant de certains. Pour ne citer personne.

    Amicalement.

    Jean SEGUR BESALU

  23. Dushan,

    Super cet article. Je crois d’ailleurs qu’il n’est pas étranger à certaines discussions que nous avons eu au cours des années.

    J’émets une réserve toutefois. Il me semble bien qu’il manque un mythes à ton articles.

    Mythe 4: Le marketing à lui seul règlera tous vos problèmes

    Pas de produit? Solution: Marketing!
    Mauvais produit? Solution : Marketing!
    Dans une merde financière? Solution : Marketing!
    Pas de stratégie? Solution : Marketing!
    Vous ne savez pas gérer votre temps? Solution : Marketing!
    Vous gérez vos finances comme une desperate housewife? Solution : Marketing!

    C’est pas sérieux!

    Les constats que tu fais je les ai fait il y a longtemps. Le problème ce n’est pas les attentes élevées des clients. Ce sont les attentes disproportionnées par rapport à l’expertise, l’expérience, la maturité, la solidité du projet, au capital disponible, etc.

    Sérieusement Dushan, je travailles ces temps-ci avec une poignée d’entrepreneurs, dont deux ont des entreprises avec des chiffres d’affaires à 7 chiffres. Ces gens ont souvent des attentes bien plus raisonnables que les apprentis.

    Et tu serais surpris de constater tous les trous dans leurs culture entrepreneuriale, leurs habitudes, et leurs compétences entrepreneuriales.

    Mais ils ont des produits, ils ont une expertise, ce sont des cracks dans leurs domaine, ils ont un système à peu près fiable pour vendre.

    Il ont donc tous les droits de s’attendre à plus de succès.

    Tout ce qui leur manque c’est quelqu’un pour les guider afin de colmater ces brèches et les distancer un peu par rapport à leurs habitudes.

    Mais quelqu’un qui n’a pas de produit, pas d’expertise, pas d’expérience en vente, pas d’expériences professionnelles aux quelles il peut s’accrocher pour se lancer, ben cette personne a au moins 3 à 10 ans de boulot devant elle avant de pouvoir prétendre avoir réuni les conditions essentielles du succès.

    Si tu le permet, j’ai préparé un audit qui identifie 30 éléments qui impacte les performances d’une entreprise, tes lecteurs peuvent se tester et tester leur entreprise.

    Audit 30 leviers entrepreneuriaux

    Amicalement,
    Didier

    1. Dushan Jancik

      Salut Didier,

      Merci d’être passé par ici ! Effectivement, je pense que nos constatations communes au fil du temps sont pour beaucoup dans cette dernière initiative.

      Très juste pour le mythe 4.

      Et tu m’as tué avec le “Vous gérez vos finances comme une desperate housewife” ! 😀

      A bientôt,
      Dushan

      P.S : J’encourage tous les entrepreneurs sérieux qui sont déjà en affaire à répondre à l’audit de Didier.

  24. yvan

    Bonjour Dushan,

    Excellent article.

    Sur le web comme ailleurs, je considère qu’il y a 2 types de personnalité d’entrepreneurs : le “vendeur” et le “conseiller”.

    Le 1er type a pour objectif de “vendre”. Son marketing vise à faire des ventes. Le 2ème type a pour objectif de “conseiller”.

    L’infopreneur doit certainement décider de ce qu’il veut être : un vendeur de produits ou un conseiller qui accompagne ses clients vers la réussite.

    Mais le consommateur se doit aussi de définir ses besoins. A-t-il juste besoin d’un produit qu’il saura utiliser sans autre besoin d’aide ou désire-t-il plutôt un service plus rapproché.

    Connaissant ses besoins, il doit maintenant choisir s’il veut traiter avec un vendeur ou avec un conseiller.

    Et apprendre à les distinguer l’un de l’autre !

    Yvan

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Yvan,

      Distinction très intéressante. Je pense qu’il est important pour réussir de savoir être conseillé et vendeur en même temps. 😉

      Amicalement,
      Dushan

  25. Thiery

    Bonjour Dushan,
    Bel article en espérant que tu apportera de vrais solutions aux gens. Si tu souhaite découvrir ma proposition et pouvoir la proposer à tes contacts, dit le moi. Je ne mets rien ici pour ne pas faire de plagia mais j’aimerai m’entretenir avec toi sur le concept. En ce qui me concerne je suis dans le MLM depuis +20 ans j’ai constaté que les gens qui aiment les “mlm fastfoods” sont de plus en plus. Et ce que je propose est un MLM ou TOUT LE MONDE gagne de l’argent et cela même s’ils ne parrainent pas !
    Donc si tu souhaite offrir ce qui va devenir “c’est déjà le cas” l’affaire du siècle, et bien je t’attends pour une prise de contact personnelle.
    Comme ton article rejoint parfaitement mes idées, je vais te faire de la pub auprès mes 6000 contacts…
    Merci de m’envoyer ta vidéo. William

  26. Hello Dushan,

    Ton analyse selon moi montre plein de maturité face aux besoins réels des internautes entrepreneurs qui veulent plus développer leur business ON LINE.
    Effectivement, il faut être conscient de la tâche mais avec un “soutien” personnalisé, les gens peuvent se sentir épaulé pour aller plus loin….J’ai moi même bénéficié d’un précieux soutien en marketing (après nos échanges de tennis hebdomadaires!) de la part d’un expert ami qui a une entreprise pendant des années et cela m’a construit énormément et m’a fait gagné du temps, de l’argent, de l’efficacité …m’a fait augmenté ma motivation et sans lui sur ma route providentielle, j’avoue que cela aurait été une tout autre aventure…
    Certes peut-être que sur le net, le succès peut être accéléré, mais Lancer son entreprise que ce soit sur le net ou ailleurs répond aux lois du travail, de la persévérance et de l’accompagnement personnel c’est une vérité….Merci de l’avoir rappelé, il faut du courage !
    Tu créés ainsi aussi une toile de relations autour de toi qui voient mieux tes motivations en faisant ce que tu fait et c’est bon !
    Bon weekend,

  27. Dominique FRANCOIS

    Bonjour Dushan,

    Merci pour cet article qui repositionne bien les choses.
    Il est certain, qu’actuellement , il est très compliqué de s’y retrouver quand on est débutant(e) et on ne sait plus trop “à quel saint se vouer”, beaucoup peuvent suivre des chemins où l’on peut s’égarer.

    Cependant, je pense qu’il ne faut pas blâmer systématiquement ces personnes qui les empruntent.
    Plusieurs disent que ce sont des gens qui cherchent à gagner beaucoup d’argent sans travailler, qu’ils ne sont pas motivés, qu’ils n’ont rien à faire dans le métier d’infopreneur.
    C’est peut-être vrai, mais il ne faut pas oublier la conjoncture actuelle, le nombre de personnes sans emploi, qui ont peu d’argent, il est donc légitime qu’ils essaient de trouver une solution, ne serait-ce que de survie, sans parler de richesse.
    Aussi, comment ne pas être attiré par ses opportunités qui ont l’air facile, même, si quelque part, ils ont conscience que ce ne doit pas être aussi simple que cela.
    Quand la situation le demande, a-t-on le droit de ne pas essayer ? là, est la question pour les personnes qui n’ont peut-être plus beaucoup de choix.
    Du point de vue financier, même si ces offres sont chères, elles restent à un coup acceptable, la plupart du temps, pour ceux qui ne peuvent pas beaucoup investir. Même s’ils savent que ce n’est pas d’une qualité exceptionnelle, ils mettent, peut-être, leurs espoirs sur elles pour un premier rebond.

    Voila, je pense que vous avez totalement raison de dénoncer la présence de formations ou offres peu professionnelles sur le Web, qui ne sont parfois que de véritables leurres. Dans un même temps, il ne faut pas condamner toutes ces personnes qui ne sont pas professionnels du Web,qui n’ont pas toujours les moyens de s’offrir des formations hors de prix, mais qui essaie tant bien que mal de s’en sortir malgré tout. Elles ne sont pas toutes qu’à la recherche d’acquisition de fortune sans effort.
    De plus, le soleil brille pour tout le monde et chacun à le droit de tenter sa chance.
    L’important est de bien continuer à informer pour que ces personnes puissent avancer en toute connaissances de cause.
    Merci pour votre attention.

    Cordialement
    Dominique.

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Dominique,

      Nous sommes d’accord, l’important est pour nous de fournir une formation de qualité, et pour eux de l’appliquer concrètement et avec des attentes réalistes et en fournissant le travail nécessaire.

      Merci pour le commentaire !

      Amicalement,
      Dushan

  28. Mickael

    Bonjour Dushan,

    Compliment pour cet article.
    Je serai tenté de dire… Enfin nous y voilà Dushan 😉
    Il aura fallu quand même bien du temps à beaucoup pour comprendre que ce manège enchanté & étoilé “d’argent facile ” ne pouvait tourner rond indéfiniment.
    Bien du temps pour comprendre enfin que certaines stratégies marketings rencontrent toujours des limites, surtout celles qui éblouissent le plus à rendre aveugle l’acheteur final.

    Rappelez-vous Dushan de tous ces “shows” débats que nous avons partagé sur un forum. Là ou se débattait 3 valeureux mousquetaires parmi une horde de marketeurs (ou pseudos) afin de les alerter qu’ils faisaient fausse route…

    Aujourd’hui, le splendide manège enchanté d’antan à perdu la plus part de ces étoiles, qui se fondent dorénavant dans un ciel illuminé de lumière…

    Excellente fin de journée à vous Dushan.
    Mickael.

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Mickael,

      Ça fait longtemps dites donc ! 😉

      Je ne crois pas que, contrairement à ce que vous dites, ceux que vous appelez les “3 mousquetaires” étaient dans une optique de remise en question personnelle, mais plutôt d’accusation permanente des escrocs avec une vision très globale et généralisante de ce dernier terme. D’où nos désaccords je pense. Pour moi, s’il est vrai qu’il existe des escrocs, il est plus UTILE de se remettre en question soi-même et de chercher en soi-même les causes de son insuccès.

      Amicalement,
      Dushan

  29. Mickael

    “Excellente fin de journée à Dushan.”

    J’ai oublié le “Vous” devant Dushan…
    Pourriez-vous s’il vous plait corriger cette petite bourde.
    Par avance.. Merci. 😉
    Mickael.

  30. nordine mihoubi

    Bonjour…nous sommes restes longtemps sans nouvelles de votre part mais le resultat est percutant.Je suis egalement tombe dans le panneau.Je pense meme qu’il y a une entente et un partage de donnees.Maintenant ils font meme de l’affiliation entre eux pour les memes listes de prospects qu’ils detiennent en commun.
    Esperons que votre reponse sera a la hauteur.
    Cordialement Nordine.

  31. Michael

    Bonjour,

    Je suis parfaitement en accord avec ce que dit ton article. Et, ce qui me révolte, c’est que soi-disant infopreneurs et pseudo marketeur exploitent la naïveté de certaines personnes en leurs vendant un système fast-food ou on aura pas grandes choses à faire. Et, je ne parle pas de ceux qui exploitent le désespoir des gens.

    Et, chaque année, lorsqu’ils ouvrent leurs portes, ils attirent des milliers de personnes et ainsi ramène le chiffre d’affaires d’une année en quelques jours seulement. Le succès et la réussite, je dis OUI OUI OUI, mais seulement lorsque les promesses annoncées deviennent une réalité pour ceux qui appliquent sérieusement la méthode qu’ils achètent.

    En effet, une entreprise en ligne demande les mêmes efforts que toute autre entreprise. Il faut du travail, de la motivation et de la détermination.

    J’ai appris énormément de choses en suivants de multiples formations. Mais, je ne sais pas comment m’organiser pour bâtir quelque chose de concret.

  32. Bonjour Dushan,

    j’adhère entièrement à vos déductions. Tant pis pour ceux qui n’ont pas compris le but de votre article (qui prend au 1er degré) et qui émets une opinion de complaisance envers les charlatans.

    Pour enfoncer le clou, dommage qu’un certain nombre de bon marketeurs passe des partenariats avec ce genre de vrai faux gourou au nom de gagner une commission, NAVRANT !

    Ce cercle fermé tôt ou tard explosera…

    « On peut tromper une personne mille fois. On peut tromper mille personnes une fois. Mais on ne peut pas tromper mille personnes, mille fois. » Alain Berberian

    joseph

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Joseph et merci pour le commentaire,

      Juste pour être clair : si je n’ai effectivement aucune complaisance envers les charlatans, je parle au premier degré lorsque j’affirme que la source du problème est l’apprenti entrepreneur lui-même, car c’est à lui qu’incombe au final la responsabilité de son succès.

      Amicalement,
      Dushan

  33. Eddy SAMSON

    Bonjour Dushan,

    Depuis 3 ou 4 mois je cherche, je bricole, je tripote dans tous les sens pour créer mon site, c’est comme avoir un puzzle de 10.000 pièces et ne pas savoir par ou commencer.

    J’ai dépensé beaucoup d’argent et suis toujours nulle part

    Le problème peut être mon age, j’ai 74 ans, et veut absolument créer mon site, mais je ne parviens pas a me mettre sur les rails.

    Comme suggéré par un des intervenants sur ce forum, il faudrait un système ou on paie en fonction des résultats obtenus. Je suis prêt a céder 20 ou 30% de mes ventes pendant 1 ou 2 ans si je trouve le tuto qui me fera vraiment démarrer.

    Cordialement

    Eddy

  34. Francis

    Bonjour Dushan

    Je me reconnais tout à fait dans ton article. Voici le message que j’ai envoyé après plusieurs mois de tentative de développement d’affaire sur le net.

    Bonjour,
    Voilà, depuis début février (où çà a commencé à bloquer avec le “WordPressBooster”, problêmes toujours pas résolu) je n’avance plus, je n’arrive pas à obtenir des réponses à mes questions, cela dure des jours et des jours, parfois pour peu de choses. J’ai dépensé beaucoup d’argent pour rien, je vous faisais confiance mais je crois que je suis tombé dans un traquenard duquel je mettrais beaucoup de temps à me sortir, car tout cet argent dépensé m’a encore plus englué dans de gros problêmes financiers.
    Je vous demande donc de faire jouer les garanties des différents produits que j’ai achetés (sauf “business éclair”, j’attends de voir pour l’instant) afin de tenter de récupérer un peu de mes sous (mais là aussi, je crois que c’est peine perdu et que çà va être le coup de grâce final).

    Encore une fois j’ai fait confiance et c’est la grosse cata

    Quel gâchis (pour vous et moi à différents niveaux).

    Article déposé dans mon blog (qui n’existe pas encore):

    J’ en ai marre. Depuis début février j’essaye de trouver un plan pour gagner
    de l’argent sur le net pour me sortir de la merde et je ne tombe que sur des menteurs, des voleurs qui disent :

    – nul besoin de connaitre l’informatique

    C EST ARCHI FAUX, ON GALERE COMME DES MALADES PENDANT DES HEURES ET DES HEURES ET DES SEMAINES ET DES SEMAINES.

    – cela ne vous prendra que très peu de temps par semaine

    C EST ULTRA FAUX (J’Y AI PASSé DES HEURES ET DES HEURES POUR NE PAS TOUCHER UN KOPEK)

    – Et tout cela sans bourse délier

    C EST MEGA FAUX J’AI CLAQUé DES CENTAINES D’EUROS POUR ACHETER DES MéTHODES QUI N’ENRICHISSENT QUE CEUX QUI LES VENDENT.

    – Vous aurez une assistance 24/24 et un coaching pas à pas

    (LES WEBMASTERS AIMENT CETTE EXPRESSION “PAS A PAS”. MAIS
    C EST UN LEURRE TOTAL, UN TAS D APPâT) C EST EGALEMENT ARCHI FAUX. UNE FOIS QUE VOUS AVEZ DéGAINé LE PORTE- MONNAIE, IL N ‘Y A PLUS PERSONNES OU PRESQUE.

    IL Y EN A PLUS QUE MARRE DE CES EXPERTS DU MARKETING RESEAU.

    C EST UN MILIEU CLOS QUI NE LAISSE ENTRER QUE LES PROS DE CHEZ PROS, TOUS LES AUTRES NE SONT QUE DES PIGEONS A EXPLOITER, DES CITRONS A PRESSER ET POUR CELA IL FAUT NON PAS DES BLOGS, DU REFERENCEMENT, DU TRAFIC ET AUTRES … NON NON NON, IL FAUT SIMPLEMENT SAVOIR MENTIR ET VOLER.

    QUELLE HONTE !!!

    PS. ET SI FINALEMENT JE PARVENAIS A CREER CE PUTAIN DE BLOG POUR Y DEVERSER TOUTE LA RANCOEUR QUE

    J AI EN CE MOMENT…

    EN PLUS J’AI DE LA MATIERE, J’AI DES NOMS (BEAUCOUP DE NOMS PARCE QUE BEAUCOUP D’ARGENT DEPENSé POUR EUX)

    VOILA L IDEE : EXPERT EN NON-MARKETING OU NON EXPERT EN MARKETING ETC ETC ….

    TOUT CELA EST DOMMAGE CAR, DANS LE FOND JE NE SUIS PAS SI MECHANT NI RANCUNIER

    ALLEZ…MERCI POUR TOUT

    CORDIALEMENT

    FRANCIS LOUANDRE

    PS. DESOLé POUR LES MAJUSCULES (Y PARAIT QUE CELA AGRESSE LE LECTEUR) MAIS JE NE SUIS QU’UN IGNARE APRES TOUT

  35. Salut Dushan,

    Ca fait longtemps dis donc.

    je ne dirais pas mieux que toi sur le sujet.

    Moi je le dis aussi, un peu différemment mais la conclusion est la même;

    le problème c’est que pour l’instant, ça pullule sur le net et on a toujours pas trouver le bon insecticide.

    Je vais pas la faire plus longue.

    Tout a été dit.

    @+
    Christian.

    P.S.: celui de la vidéo avec les oiseaux derrière qui faisaient trop de bruit il y a plus ou moins 9 mois 😀

    1. Dushan Jancik

      Salut Christian,

      Oui, ça fait longtemps mais je me souviens de toi et de tes oiseaux ! (merci pour le témoignage 😉 )

      A mon sens, le problème est interne : pour garder ton image, si on change la composition de son sang pour ne plus leur plaire, on se débarrasse des moustiques sans avoir besoin d’insecticide. 😉

      Amicalement,
      Dushan

  36. Bonjour

    Quel article superbe. Ce que vous exprimez dans votre article est d’une réalité inouïe.

    La poudre aux yeux lancée par les vendeurs de rêve, il y a longtemps que je n’y crois plus.

    Pour gagner de l’argent sur internet, il faut travailler se former, mais il faut être très sélectif dans nos achats, et ne pas croire et adhérer à tout ce qu’on y offre.

    Certaines formations sont excellentes et nous font progresser, mais par contre d’autres ne sont que du vent, et ça, lorsqu’on se donne la peine, on le sent très bien, et on ne s’y laisse pas prendre.

    Marie-Micheline Dufour

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Marie-Micheline, merci beaucoup pour le compliment !

      En fait, au delà de la qualité variable des formations, je pense que le problème est STRUCTUREL : il manque des choses même dans les formations de qualité. Je vais en parler dans la vidéo.

      Amicalement,
      Dushan

  37. Pierre

    Bonjour, j’aime votre article parce que moi-même je me suis laisser attiré par les supposés gourou de l’internet, pas simplement pour faire de l’argent mais pour savoir comment faire des affaires sur internet, mais comme vous le dite si bien on ne réussi jamais a savoir comment aller du point a au point z et on ne connait jamais la façon de mettre tous les morceau de puzzel en place.

    merci

  38. Hoffmann

    Article pertinent. De nombreuses “victimes” se reconnaîtrons dans votre article, à commencer par… moi !

    La procédure est toujours la même: gagner la confiance de l’internaute par des cadeaux Parfois des conseils intéressants, des formations gratuites.On gagne la confiance de l’Internaute,on devient presque amis. Arrive la vidéo de vente et l’internaute se laisse piéger.

    Il y a quelques temps j’ai demandé le remboursement d’une formation sur laquelle je “ramais” depuis plusieurs mois. Le remboursement a été refusé. Par email j’ai répondu que cela n’avait pas d’importance, cette expérience allait me donner le sujet d’un billet sur mon blog. Le remboursement s’est fait en quelques heures.

    Je n’ai pas écrit l’article. Mon Vendeur s”est affolé à tort et a remboursé.

    Si j’avais écrit, son nom n’aurait pas été mentionné. Pourquoi?

    Parce-que les formations gratuites sont souvent réellement formatrices.

    Quant à gagner sa vie grâce à son blog, c’est une autre histoire.

    Après le “cadeau” un autre Formateur m’a contacté par téléphone. Je lui ai dis: je me considère en Maternelle et vous me promettez la réussite au Bac!

    Là, je suis contente c’est lui qui rêve!

  39. Salut Dushan,

    ce article va pratiquement dans le même sens que celui de Cédric du blog virtuose-marketing.com

    En fait, mon point de vue sur cet article, est que les gens croient qu’internet est différent de la vie normale.

    Notre manière d’être dans la vie normale transparait dans le bussiness que nous allons essayer de monter sur internet.

    Si on est du genre à tout plaquer et à tout remettre en cause, alors ce sera pareil sur internet.

    Bien qu’internet offre des facilités, réussir demande de la patience et surtout de l’action.

    Pour conclure, je dirais que l’on obtient rien sans travail

    Amicalement,

    Samuel

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Samuel, bienvenue par ici !

      Je ne connais pas l’article de Cédric, mais connaissant le bonhomme je suis sûr qu’il est très intéressant.

      Tu as raison, Internet c’est comme la vie normale, mais le problème c’est que vu que tout est “plus facile” ça dispense souvent des efforts qui sont accomplis dans la vie normale, justement.

      Je ne crois pas qu’on se connaisse déjà, donc merci pour le commentaire et au plaisir de faire ta connaissance.

  40. Bonjour Dushan,

    Je ne réponds généralement pas aux articles qui traitent de ce sujet mais j’ai trouvé le tien très bien traité.

    Tu ne craches pas sur les autres, tu ne dis pas que tu es le meilleur..tu analyses juste la situation, de ton point de vue (que je partage).

    Tu as raison de considérer la responsabilité de l’infopreneur dans son apprentissage : en France, on a tendance à toujours se plaindre et rejeter la faute sur les autres (tu n’es pas français il me semble).

    Je me suis fait arnaquer = l’autre est un arnaqueur

    Alors que parfois, c’est plutôt:

    Je me suis fait arnaquer = j’ai oublié mon esprit critique, je n’ai pas réfléchi, j’ai cru au miroir aux alouettes

    Dans le cas d’une formation, d’un projet d’entrepreneuriat ou de l’intention de gagner de l’argent, il est évident qu’il faut travailler. On n’est pas dans Heroes, où il suffit à l’un des personnages de regarder la télé pour tout en apprendre. Donc quand on achète une formation en pensant ne pas devoir travailler pour l’assimiler, ça me fait doucement rire.

    D’ailleurs mon prochain projet de formation en ligne prend en compte cette dimension : forcer les apprentis à travailler.

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Marie-Ève,

      Merci pour ton commentaire !

      Nous sommes d’accord concernant la nécessité de “forcer les élèves à travailler” si l’on veut des résultats.

      Mais même cela a des limites : on peut donner des exercices, des cas concrets, etc, mais on est pas derrière eux et on n’a pas à l’être… Donc on ne peut pas vraiment les forcer. Pour moi, le seul cas où l’on a vraiment un contrôle, c’est dans un coaching de type “mentorat intensif” comme je le propose sur mon site (la personne a un RDV avec nous toute les 2 semaines, et donc elle est obligée de “faire ses devoirs” avant cela).

      Au plaisir de te lire,
      Dushan

  41. Salut Dushan

    Percutant.. et véridique. Chapeau!

    Je suis en accord totalement avec

    ton article. Malheureusement, il y aura

    toujours des pigeons et des chasseurs

    de pigeons.

  42. Bonjour Dushan

    On se connaît un peu et j’ai lu attentivement ton article.

    Malheureusement, j’ai pu effectivement constater à plusieurs reprises qu’un article polémique suscite beaucoup plus d’interaction qu’un article qui délivre de l’information.

    A croire que c’est un mal français, la polémique est souvent plus fédérateur de participation.

    Je me souviens d’un article sur mon blog ou celui-ci m’a attiré les foudres de plusieurs marketeurs.

    Même Christian Godefroy était venu mettre sa prose.

    Ce n’est pas pour cela que les mentalités changent, sauf peut être de pourrir le marché des gens qui font du commerce équitable et de façon honnête.

    C’est un peu comme l’immobilier en France qui a connu ses heures de gloire, mais qui dans les mois et les années à venir va subir une baisse dû à une progression trop rapide.

    Un élastique est extensible jusqu’au point de rupture.

    En lisant les commentaires, j’ai été surpris de plusieurs choses « Il y a quelques temps j’ai demandé le remboursement d’une formation sur laquelle je « ramais » depuis plusieurs mois. Le remboursement a été refusé.

    Voila l’acte d’un mauvais vendeur qui refuse le remboursement (quoi que), en temps que vendeur, je peu vous dire que les abus de remboursement son fréquent.

    Ce faire rembourser une formation a 2000 euros, si vous avez été bercé par le champ des sirènes et ne correspond pas je comprends.

    Demander le remboursement d’un produit a 27, 37 ou 97 euros, je suis moins sur, sauf si le produit techniquement est très mauvais.

    Quand un client achète un produit chez carrefour sur une télévision a 1000 €, a 30 jours pensez vous que celui-ci va demander le remboursement.

    NON

    Pourquoi ?

    Connaissez-vous beaucoup de constructeurs qui vous garantissent sur 30 jours ou 1 an une garantie de remboursement.

    Demander un remboursement via un formulaire de contact ou un litige via Paypal est toujours plus simple que de se présenter au service de carrefour pour demander le remboursement de son téléviseur.

    C’est un peu comme le débat factuel sur le mariage pour tous.

    Il divise, il confronte, mais qui à tort et qui a raison.

    Amicalement

    Stéphane Munnier

  43. Daniel

    Bonjour Dushan.

    C’est vrai que ce genre de commentaire est rare sur internet.

    Je suis abonné à pas mal de newsletters depuis au moins 8 ans pour apprendre et découvrir comment faire pour devenir indépendant sur le net, je reçois très souvent des propositions commerciales de formations et il est vrai, comme mentionné plus haut que l’on voit des croisements de listes de prospects pour différents pro de l’internet.

    Je m’inscris aussi sur différent site de formateur pour recevoir des Ebooks des pdf etc mais, à chaque jour sa nouveauté son amélioration de produit A ou B, c’est très difficile de s’y retrouver.

    Autre chose, comment savoir si on a à faire à des gourous, marchant de rêves et autre? car il n’existe pas de liste dans ce domaine “dommage” !

    J’ai vu 2 dames dans les commentaires chez qui je suis inscris, donc je pense qu’elles ne font pas parti de ces sois disant gourous “je parle bien sur de S H et M E”.

    Encore merci pour ces propos réalistes.

    J’attends la vidéo avec impatience.

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Daniel,

      Toutes les questions que vous vous posez-là seront adressées dans la vidéo qui sortira bientôt.

      Merci beaucoup pour votre enthousiasme !

      Amicalement,
      Dushan

  44. Aplemar

    Hum ! J’ai déjà entendu ce type de discours chez Rich Schefren.

    Bon, j’attends la suite.

    Cordialement.

    Aplemar

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Aplemar,

      C’est vrai que maintenant que vous le dites, il y a quelques similitudes avec le “Manifesto”…

      Mais mon propos reste différent car le marché est différent.

      Amicalement,
      Dushan

  45. Clotilde Garcia

    Je n’ai pas pu résister…..

    C’est quand même formidable……

    Voila un Monsieur qui ne se cache derrière son PC pour cracher dire ce qu’il pense….. Bravo pour votre courage Mr Jancik…

    Ah au fait, juste un petit truc en passant…..

    Vous allez être plus sélectif dans vos recrutements

    dites-vous…….!!!!

    Cela veut-il dire que Paypal va faire une enquête avant d’accepter les € des pauvres couillons qui croient encore au Père Noêl…….

    Remarquez, comme disait Coluche, “Tant qu’il y a des cons qui payent” !!!!

    Je dis çà juste en passant, comme il va être plus sélectif l’ami Dushan, il fera surement attention à l’avenir…..

    Son système est tellement sélectif qu’il envoi encore à des

    personnes qui ce sont désinscrite de ses listes des messages pour les inciter à investir dans ses formations…….

    Tenez plus fort encore, il a même envoyé sa prose actuelle à une personne qui lui avait demandé………devinez… le remboursement de sa dernière formation concernant les tests !!

    Vous comprenez quel genre de professeur vous avez la chance d’avoir…..

    Enfin c’est pas bien grave tout ça, au royaume de l’internet les maso sont toujours au rendez-vous de ceux qui aiment être pris pour des billes…..

    Un certain dignitaire dans une religion que je ne citerais pas disait :

    Si vous recevez un soufflet sur la joue gauche, Tendez la droite…….

    Bon vent à tous quand même.

    Clotilde Garcia

    PS Je ne pense pas que ce commentaire franchisse la censure, mais sait-on jamais.

    Le système est tellement sélectif……..!!!!!! {°¿°}

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Clothilde,

      Je n’ai pas l’habitude de censurer, même les propos négatifs (et à la limite de l’insulte).

      Je vous ai répondu par email mais pour que ce soit clair :

      #1) Vous dites que je me cache derrière mon PC ? Pourtant, sur ton mes sites, il y a mon (vrai) nom, ma photo et mon adresse. On ne peut être plus transparent.

      #2) Pour l’histoire du mail, la seule explication est que vous êtes inscrite avec 2 adresses différentes. Je suis désolé pour le désagrément et je vais faire une recherche manuelle pour vous enlever de mes listes.

      #3) Vous dites que vous m’avez demandé le remboursement d’une formation. Vous oubliez de préciser que je vous ai effectivement remboursé comme promis. En outre, beaucoup de clients me demandent le remboursement d’une formation (pas adaptée à leur besoin du moment), je les rembourse, et il n’y a pas d’hostilité pour autant. Ils deviennent même souvent clients d’une autre par la suite.

      Enfin, dernière chose, je n’apprécie pas que vous soyez condescendante avec les nombreuses personnes qui apprécient mon travail et mes initiatives. Et j’ajoute que je déplore cette attitude passive-agressive, alors qu’une conversation franche et cordiale aurait pu permettre de régler les problèmes que vous pouvez avoir.

      En outre, après visite de votre site (un site sur le marketing Internet créé par une personne qui à l’évidence n’y connait rien), je me dis que c’est normal que vous n’aimiez pas ma démarche : ma sélection fonctionne bien. 😉

      Sans rancunes,

      Dushan

  46. Bonjour,

    J’aime bien ce discours plus réaliste, franc et honnête que la plupart sur le net actuellement. Il est vrai je pense qu’il faut remettre les pendules à l’heure. Que ce soit sur le net ou en dehors faire de l’argent nécessite des efforts et une stratégie.

    Vouloir faire croire le contraire c’est vouloir tromper les gens et nombreux le font actuellement, hélas.

    Bonne continuation dans cette voie.

    Fred

  47. Bonjour Dushan,

    Et bien en ce qui me concerne, je viens confirmer tout ce que tu dis dans ton article !

    Comme beaucoup, je me suis laissée prendre au jeu croyant les belles promesses et croyant que mon travail porterait rapidement ses fruits !

    Seulement c’est beaucoup de travail !! Moi qui pensait pouvoir accorder plus de temps à ma famille en travaillant chez moi, je me rends compte que… je suis loin du compte justement ! C’est même presque l’effet inverse car il est très difficile de faire de vraies coupures quand on travaille chez soi…

    Mon blog n’est pas trop mal placé mais c’est un travail de tous les jours qui me rapporte juste de quoi faire vivre le blog, sûrement pas ma famille…

    Tu as une excellente idée et c’est super que tu te démarques de ces fausses idées. J’espère que ta “mission” aidera beaucoup de personnes !

    Bon courage et bonne journée !

    1. Dushan Jancik

      Merci pour ce gentil message, Nathalie, j’espère aussi ! 🙂

  48. BETTAHAR

    bonjour Monsieur DUSHAN, que dire plus, je lis vos article et plus le doute s installe.

    j ai investi dans des formation en ligne avec le cour de Didier sur le marketing ainsi que le votre et celui de Christian Geoffroy sur une lettre qui vent plus d autre livre ,car je compte créé mon site internet qui n est toujours pas en marche.

    je suis un novice dans l informatique et je suis passé par un sois disant pro qui me fais traîner dans l attente.

    alors oui ça fait du bien de savoir qu il y a des vrais comme vous, votre franchise et votre professionnalisme sont tout à votre honneur.

    j espère faire fonctionner mon site le plus rapidement possible.

    et continuer avec vous.

    prenez soin de vous et continuer à nous aider et à bannir les requins sur le net qui profite de la non connaissance des nouveaux

    1. Dushan Jancik

      Bonjour,

      Les cours de Didier Bonneville et de Christian Godefroy sont EXCELLENTS, vous êtes en de bonnes main. Pour les problèmes techniques, toutes les solutions sont sur Google.

      Je vais également parler de votre problème dans la vidéo à venir.

  49. LAURENT

    Investissement: l’argent oui, mais le travail personnel, le temps passé à établir des contacts, mais aussi et surtout le temps passé à aider ses filleuls dans quelconque domaine que ce soit.

    Merci pour secouer les puces et remettre en face la réalité : RIEN ne tombe du ciel comme par enchantement, même la pluie est un long processus.

    Mais bon après tout il y en a qui croient encore au miracles…

  50. David

    Bonjour Dushan.

    Je ne peux que confirmer les commentaires ci-dessus. Moi, ça fait sept ans que je rame. Pour gagner de l’argent sans avoir de site, il faut bien comprendre le mode d’emploi des différents webmasters. Pour vendre un produit, il faut une liste. Pour avoir une liste, il faut un autorépondeur. Avant d’acquérir un autorépondeur, il est nettement préférable d’avoir un blog. Pour créer un blog, et apprendre à le faire fonctionner, il faut d’abord acheter un nom de domaine, et créer du contenu pour au moins un mois, bien entendu, sur BlocNote et non Word. Il faut apprendre à écrire des articles intéressant notre cible, que nous avons déterminé grâce à une étude de marché. Une fois que nous savons le faire, on nous dit que c’est dépassé, il faut apprendre la vidéo. Etcetera. J’aimerais bien savoir vraiment par quoi commencer, combien cela me coûtera, quelle sera la seconde étape, combien cela me coûtera, et pareil pour les étapes suivantes, car je voudrais bien créer enfin ma petite entreprise.

    Merci.

    David

  51. Inutile

    Lorsque je lis ces commentaires ils me rappellent une phrase de Frank Kern qui donne les 5 lois de base du marketing pour vendre n’importe quoi a n’importe qui.

    “People will do anything for those who encourage their dreams, justify their failures, allay their fears, confirm their suspicions, and help them throw stones at their enemies.”

    Traduction: j’encourage vos reves, je justifie vos echecs, je comprends vos peurs, je confirme vos suspicions. Et je jette des pierres aux gourous…

    C’est exactement ce que je lis ci-dessus…

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Béa,

      Cette phrase est très vraie, mais je ne crois pas l’appliquer :

      * Où voyez-vous que je “jette des pierres aux gourous” ? La majorité de mon article vise à replacer la responsabilité sur l’entrepreneur lui-même !

      * Pour la même raison, je ne crois pas justifier les échecs, au contraire.

      Pour le reste, c’est possible, mais est-ce blâmable ?

      Amicalement,
      Dushan

  52. arnaud

    Bonjour,

    tiens un personnage qui dit (presque) tout haut ce que je pense de tous ces marketeurs myckealckeal, oliver et tout l’toutim’, mais en beaucoup plu correct que moi ! j’avais commencé à écrire quelques lignes pour parler justement des ces personnages, je voulais les pointer du doigt. Je n’ai jamais acheté leurs formations bien que je sois curieux de savoir ce qu’il y a dedans, mais ce que je déplore par dessus tout c’est leurs techniques de vente où ils promettent tout et tout de suite. Encore pire, combien de fois je reçois un de leur mail où ils écrivent noir sur blanc:”cliquez sur ce lien on vous dit tout, toutes les techniques détaillées, etc…..”. alors qu’en fait on vous envoie sur une page web avec une vidéo qui n’a d’autre fonction que de vous vendre une formation et où, surtout, on ne vous explique rien ! Je dis ça pour l’avoir vécu récemment. J’ai regardé une vidéo où le stéphane disait qu’on allait tout nous dire, en fait ce n’était qu’une vidéo de présentation d’une formation ! En gros ça disait comment vendre sans produits et sans site internet, pire cette formation dit aussi vous vendre un logiciel espion qui permettrait de gagner plus de fric ! Lamentable !

    Au plaisir !

    Arnaud

  53. Hello Dushan

    Voici un article qui remet les pendules à l’heure et je vous en remercie.

    J’ai croisé tellement d’escrocs sur le net que je pourrais faire un livre la dessus mais bon, pout en revenir sur les formations, c’est à la mode de vous présenter des formations (qui von faire exploser votre CA et devenir un nabab du web. Le problème est que cela peut marcher pour une ou 2 personnes mais chaque activité a ses particularité et certaines choses peuvent s’adapter a l’un mais pas a l’autre. je pense qu’une formation doit être personnalisée car chaque entrepreneur est différent, certains seront plus réceptifs et rapides que d’autres. Une formation généraliste avec une vidéo pourquoi pas mais c’est surtout après qu’il faut suivre le client en tant derrière lui pour voir s’il maitrise tous les aspects de cette formation, s’il a bien comprise et le cas échéant l’aider et l’accompagner.

    Une vraie formation se paye , oui je suis d’accord mais faut il qu’il y est tout les ingrédients dont attend le futur entrepreneur.

    Je suis aussi d’accord avec vous, je pense qu’une sélection s’impose, tout le monde ne peut pas être un vrai chef d’entreprise du jour au lendemain, ce n’est pas vrai car il faut certaines connaissances, une bonne formation, connaitre les bases du marketing , être très patient, travailler beaucoup et non pas 5 heures par semaine comme certains veulent vous le faire croire. Oui certains ont réussi et gagnent des dizaine de milliers d’euros par semaine mais ils ont travaillé énormément et cela a pris aussi du temps.

    Je voudrais aussi dire que l’aspect gestion d’entreprise est importante, car il y a aussi les charges sociales , les impôts, et la comptabilité suivant votre structure juridique. la aussi il ne faut pas faire n’importe quoi. {as mal de personnes viennent me voir en me disant , je paye trop de charges sociales et impôts, ben oui mais il fallait y penser avant et tout cela montre qu’être un vrai patron a d’énormes responsabilités et n’est pas aussi simple que l’on veut vous faire croire si on veut réussir. Il y a des choix et des stratégies à adapter mais pour cela il faut déjà les connaitre.

    j’espère n’avoir pas été trop long

    Au plaisir Dushan de vous lire car je vous apprécie.

    Cordialement

    Ludovic

  54. excellent article très réaliste

    bon identification de la problématique: plan suivi

    on attend la suite

  55. Georges

    Il n’y a pas un point à ajouter sur les i de ce post que je trouve absolument génial.

    Par contre, la lecture des commentaire me laisse pantois, pour une bonne part.

    On y retrouve trop souvent cette mentalité du français qui veut être assisté dans tous les actes de sa vie.

    Et bien non, un Entrepreneur qu’il soit en ligne, ou hors ligne, doit se prendre en main et assumer les risques liés à ses actions.

    Si il trouve bon de participer à une formation, il doit au préalable en étudier la pertinence avec ses projets personnels, s’assurer dans la mesure du possible que le coach est valable (il y a de nombreux sites sur le web pour trouver des informations à ce sujet)et ne pas attendre du formateur qu’il lui donne l’assurance de la réussite du fait des connaissances acquises.

    Cette posture reviendrait à mettre en cause les professeurs successifs de mes différents études supérieures si je ne connais pas une réussite professionnelle éclatante.

    Par contre, en but au même problème dans une activité un peu comparable (le marketing relationnel) j’adhère totalement à l’idée du tri des candidats qui souhaitent des revenus importants, rapidement, sans connaître l’échec et avec un minimum d’efforts.

    Cela n’existe pas mais ce genre de personnage pullule dans notre microcosme.

    C’est un avec un intérêt certain que je visionnerai votre vidéo.

    Cordialement

    Georges

    1. Dushan Jancik

      Vous avez raison au sujet des commentaires, Georges :

      Je réalise que j’ai raté mon but pour une bonne partie d’entre eux, n’ayant apparemment pas assez réussi à communiquer l’idée centrale :

      Le VRAI problème, ce n’est pas les méchants escrocs gourous, c’est ces attentes irréalistes d’entrepreneuriat fast food qui leurs permettent de s’enrichir.

      Amicalement,
      Dushan

  56. Conte

    Bonjour Dushan,

    Bien évidemment, ton article est plein de vérités.

    Et la première chose à dire est que le business “hors ligne” et le business “en ligne” fonctionne EXACTEMENT de la même manière.

    Internet n’est qu’un média. Un média qui a les défauts de son potentiel atout : la possibilité théorique d’être vu par ÉNORMÉMENT de gens.

    Oui mais voila, sans technique, argent, patience, persévérance et volonté d’apprendre…..aucune chance de réussir de façon pérenne.

    Internet génère donc par essence du fantasme…..

    Un fantasme tellement puissant qu’il attire (forcement) les escrocs et marchands de rêves en tout genre. Mais aussi, ce(s) fantasme(s) fait oublier les fondamentaux du marketing.

    Pire que ça, beaucoup de gens confondent le marketing et le média internet. Et il faut bien reconnaitre que ça arrange bien certains prestataires du média internet (wordpress par exemple…..).

    Pardonnes moi d’avance d’être un peu “désagréable” mais honnêtement je ne comprends pas pourquoi tu dis que tu vas à présent changer de “cap”.

    Lorsqu’on fait du business, la première chose à dire aux gens que l’on veut former, c’est qu’il n’y a pas de miracle !!

    Qu’il faut apprendre, être persévèrent et que ce n’est pas facile. On évite ainsi de perdre du temps avec des personnes “inadaptées” à l’entrepreneuriat……C’est vraiment LA BASE.

    De mon point de vue, si on ne commence pas par ça

    , ce n’est pas sérieux. Plus de 25 ans de marketing me le font affirmer aujourd’hui.

    Néanmoins, c’est avec grand plaisir que j’ai lu ton article car il est réellement utile.

    Cordialement

    Pierre

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Pierre, et merci pour ce long et intéressant commentaire !

      Que veux-tu dire par :
      Pardonnes moi d’avance d’être un peu « désagréable » mais honnêtement je ne comprends pas pourquoi tu dis que tu vas à présent changer de « cap ».

      Concrètement, lorsque je parle de “changer de cap”, je ne parle pas de changer de pratiques (je n’ai JAMAIS pratiqué l’entrepreneuriat fast food), mais de changer de marché, d’avoir un ciblage plus basé sur la qualité que sur la quantité, et de m’éloigner (par mon discours, comme cet article par exemple) de cette culture de l’entrepreneuriat fast food qui fait actuellement rage dans l’Internet francophone.

      Est-ce plus clair ?

      Amicalement,
      Dushan

  57. Lionel

    Bonjour,

    Cet article reflète bien ce qu’il se passe de nos jours, le malheur des gens fait le bonheur des gourous en ligne. On est débordé de messages et on ne prend plus assez de temps pour se consacrer à développer notre business qui demande à être plus humain, plus juste.

    Comment faisait-on quand on n’avait pas d’internet autrefois ?

    On était beaucoup plus concentré.La vie était difficile, mais on avait plus de chance à être occupé ou à embaucher quelqu’un.

    Maintenant, il faut montrer que nous ne sommes pas des machines sur internet mais bien des humains en utilisant des codes…

    Abbérant ou pas !

    Je suis comme tout le monde,j’y ai laissé des plumes et en faisant quoi !!! Pas le temps…Je verrai après.On vit dans un monde de fou, tout va trop vite et il faut faire vite à chaque fois.

    j’aimerai voir cette prochaine vidéo à ce sujet et de voir sérieusement quel serait le chemin à suivre lorsqu’on a son propre site,sans s’égarer de l’idée du produit ou de service en entreprise.

    Cordialement,

    Lionel

  58. Da

    J’entends un son de cloche dans ce email !

    oui moi aussi j’ai perdu des sous fausse promesse mais je voulais tellement y croirej,ai travaillé tellement d’heure mais le problème fut que je fut incapable de monter mon site avec le peu d’info qu’on me donnais et pas de suivi non plus voir * une arnaque*

    et vous êtes sensé donc j’ai hâte de voir votre vidéo

    merci

  59. Anne G

    Bonjour Dushan,

    Nos échanges remontent à un petit moment.

    Je vous lis, ainsi que quelques commentaires et je comprends mieux pourquoi instinctivement je ne suis toujours pas passée à la version des formations en ligne, même si je dispense aussi mes formations par visio.

    Payée par des institutions, mes formations sont pour la plupart gratuites au public, et plus fréquentes en présence physique. Le public privilégie les échanges directs.

    Même si nous obtenons de bons résultats, il y a toujours ceux qui veulent tout, tout de suite et sans effort. C’est une question d’actualité.

    Il m’a fallu souvent mettre les pendules à l’heure, et dans ce cas précis, en plus de la casquette de formateur, il faut revêtir celle du fin psychologue.

    Je commence toujours mes entretiens d’une semaine sur l’autre par cette question que je pose à mes formés : “quoi de neuf?”. Sous-entendu qu’avez-vous fait depuis une semaine?

    A leur réponse, je vois des personnes honnêtes, des bosseurs, et des personnes qui pensent vous savoir incapable de déceler le mensonge dans le regard, la parole ou l’attitude.

    Je note tout à chaque entretien : ce que la personne me dit avoir fait, ce que nous faisons ensemble et je fais signer par la personne formée. Ainsi, lorsqu’il y a un “koak”, je leur met le nez dedans…

    Cela m’a rendu d’immenses services.

    J’ai également refusé de prendre des gens en formation. C’est arrivé rarement, mais certaines personnes sont tellement aux abois qu’elles sont prêtes à se mettre en danger, pour mieux vous le reprocher par la suite.

    A ce genre de personnage, je fais des analogies : “savez-vous jouer aux échecs ? On ne déplace pas un pion tant que l’on est pas absolument sûr qu’il sera protégé par un autre !”.

    Je rencontre souvent des personnes qui ne suivent pas ce qui est dit en formation… et s’étonnent lorsqu’il ne se passe rien.

    En fait, il y a de multiples façons d’exprimer la peur, le manque d’estime de soi ou de confiance en son projet.

    Les échecs ou les retours négatifs nous servent toujours à affiner, affûter, améliorer nos actions.

    Quel débat passionnant…

    Merci Dushan, ainsi qu’à tout ceux qui se sont exprimés…

    au plaisir…

    Anne

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Anne,

      Merci à vous également pour ce commentaire très pertinent !

      Amicalement,
      Dushan

      1. Rouget

        Bonjour Dushan J’aimerai commencé une activité d’entrepreneuriat mais je ne sais pas comment mis prendre je suis graphiste de métier j’ai réalisée moi même le site http://www.biozen86.com sue le site wix

        Mais là je suis complètement perdu j’ai fait l’acquisition de la Nouvelle opportunité de Sylvain ….

        je me suis inscrit sur le site 1tpe;com pour faire un peut d’affiliation mais je nage complètement . Je navigue plusieurs heure par jour sur internet pour trouver la bonne adéquation et je pense que vous vraiment dans le vrai avec votre analyse même si cela ne m’aide pas MERCI

        1. Dushan Jancik

          Bonjour Rouget,

          Ok, je vois que vous avez l’air tout perdu, je vous envoie un mail. 😉

          Amicalement,
          Dushan

  60. bruce

    Merci pour cet article, vous avez confirmé ce que j’ai toujours pensé, mais pas aussi sur, que les vendeurs de formation pour devenir infopreneur, ne disent qu’une partie de la vérité qui plait à tout le monde, et ils omettent l’autre partie de la vérité ..

  61. claude ganzerla

    Approche très interessante! et se référant a votre adresse postale permet d’espérer et de croire en l”avenir du net et que cela devienne un boulvard de la réussite.

    cordialement

    CG

  62. j’ai suivi plusieurs formation (ebook ,logiciel , webinar ..)mais peu de ce qui vende la formation devulgue le vrai secret .

    mais avec le temps on decouvre ce que les autres ont cacher ou pas oser le dire pour ressayer de le vendre encore .

    En tout les cas pour moi, on sera rouler dans la farine au moins une fois , mais ça forge lol

    merci pour l’article

  63. GIL C

    Bonjour Dushan,

    Et bien oui, je partage complètement votre analyse et votre déontologie.

    J’ai porté beaucoup d’attention aux formations que vous évoquez dans votre article. J’ai été tenté plusieurs fois afin de les suivre, sans pour autant les intégrer.

    Les raisons sont celles justement que vous citez, et lorsque l’illusion se mélange à la réalité, cela a tendance à créer (à titre personnel) un décalage que chaque personne décide de ressentir ou pas et de franchir le “pas” ou pas.

    Amicalement, Gil.

  64. Vigna

    Bonjour Dushan,

    Vous nous confiez vos conclusions, vos déceptions et votre projet d’être plus sélectif en espérant de chacun souhaite en être digne, et en nous expliquant comment le devenir:

    en acceptant de se remettre en question…Vous avez objectivement raison, c’est la base même de toute réussite, dans quelque domaine que ce soit, et cette démarche s’accompagne d’un travail sur soi.Vaste programme… parole de psy!

    Donc, en ce qui me concerne, je sais que je ne suis pas encore tout à fait prête, même si mon projet est pratiquement terminé : je dois le parfaire.

    De surcroît,Il me manque certaines connaissances techniques, et comme vous l’a écrit un de vos correspondant:on ne peut pas accéder au baccalauréat si l’on est au niveau du CP ou du primaire.

    Donc, je continue de travailler en solo avec assiduité, mais j’accepte avec reconnaissance tout ce que vous voulez bien nous envoyer, et bientôt: votre vidéo.

    Mon Site est en reconstruction et c’est seulement lorsque je me considèrerai vraiment prête que je donnerai suite à mon accord pour suivre une formation sérieuse, dans un respect réciproque Enseignant-Elève, et Elève-Enseignant.

    Merci de comprendre ma démarche de “tortue”…qui est notoirement plus efficace que celle du lièvre!

    A bientôt, cordialement, Marya.

  65. angelo

    salut, c est sur que c est pas evident dans cette jungle et tous les fast food ne sont pas des mc do!. faut il trouver les personnes adequat pour nous faire avancer et nous sommes tellement solicite pour une vie meilleur et facile grace a internet qu on ne sait plus a qui se fier.

  66. Michel Legrand

    Bonjour Dushan,

    Comme beaucoup hélas je me suis laissé bercer par le doux chant des sirènes du web.

    Je me suis réveillé et secoué, désinscrit à beaucoup de newsletter et formations.

    Je suis actuellement une formation sur l’affiliation.

    C’est vrai que l”être humain aime bien être tenu “par la main” pur avancer dans la vie et je dirais que c’est normal, je veux dire par là qu’il nous faut un bon guide et non pas un gourou, mot et personnages qui a fleuri sur internet, créant ainsi beaucoup d’adeptes avec quelquefois des conséquences presque dramatiques tant au niveau financier qu’au niveau personnel.

    Merci pour cette article, il y a quelque temps je voulais faire un site dans ce sens, mais je n’en ai pas les compétences ni le poids d’un entrepreneur reconnu.

    Cordialement Michel.

    Ps: Dans les commentaires on rencontre au moins quelques personnages vers qui lesquels se retourner ou retourner qui eux n’ont pas pourri le web.

  67. Bonjour Dushan,

    De deux chose l’une.

    Soit nous avons de l’argent à investir,

    soit, nous avons du temps à invvestir.

    Christian godefroy disait que sans argent,

    il y avait peut de chance de réussir,

    Dans un e-mail qu’il m’avait adressé personnellement,

    il me disait:

    Certaines formations coûtent moins cher,

    mais n’ont pas la même valeur.

    Que fallait-il en comprendre?

    Amicalemement,

    Ed Monty

  68. Marczak Jérôme

    Bonjour Dushan,

    Votre point de vue est noble et vous ressemble : sérieux et exigeant.

    Moi qui suis consultant en communication et marketing après 15 ans à des postes de responsable en entreprise, et alors que j’accompagne les entreprises dans leur développement commercial, je partage 100% de vos propos.

    Internet n’est qu’un outil et sans intégration de cet outil dans un plan global, réfléchi, réaliste et avec des objectifs propres, ses effets de levier resteront nuls.

    Les fastentrepreneurs que vous citez fort justement, font l’amalgame entre ces effets de levier formidables et “récolter sans semer”. Les malhonnêtes en profitent, à coups de rêves à vivre, de vidéos sous les cocotiers et d’égocentrisme affligeant.

    A nous de montrer notre sérieux, notre professionnalisme, pour que la filière du webmarketing s’assainisse naturellement.

    Cela se fait plus vite avec les entreprises d’une certaine taille qui connaisses déjà le travail derrière toute action commerciale.

    Continuez sur votre voie et bravo a vous pour votre parole.

    Jérôme Marczak

  69. Je suis entièrement d’accord avec ce que vous avez dit, mais il restera toujours des escrocs du web que les gens croirons. Pour ma part, les vendeurs de rêve avec peu ou pas d’effort ne mon pas intéressé car nous n’avons rien sans rien dans la vie !

    J’ai pour principe de me dire que si ça semble trop beau pour être vrai, c’est de l’arnaque!…ça semble cynique, mais c’est la réalité.

  70. Merci, pour cet article très complet qui nous ouvre les yeux sur le véritable monde de l’entreprenariat en ligne. A très bientôt

  71. Gilbert

    Bonjour DUSHAN,

    Je suis content de l’avoir lu et suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis, je suis une des victimes de ces entrepreneurs ou plutôt de ces arnaqueurs mais je reconnaît que ce n’est que de ma faute d’y avoir cru, heureusement que des entrepreneurs comme toi nous dévoilent la bonne stratégie à suivre, en travaillant bien et en suivant les bonnes stratégies. Mais hélas vous n’êtres pas nombreux.Il se trouve que ton honnêteté me motive à développer un business sur internet.

    Merci de tes conseils.

    Amicalement

    Gilbert

  72. Quentin

    Bonjour,

    Je dirais tout simplement : c’est du grand art cet article, très joli coup marketing ! En comprenant le but de cet article, j’ai reçu une belle leçon de marketing, MERCI, et bravo

    Cordialement, Quentin

  73. Bonsoir Dushan,

    J’aime cet article très “pro” qui a le mérite de remettre les pendules à l’heure.

    Je fais partie de ces infopreneurs qui ont cru au miracle de l’argent facile avec peu de travail, même si mon intention de départ était louable : enseigner et promouvoir l’éducation émotionnelle dans le monde, peu importe le temps que cela prendra.

    J’ai découvert le Marketing Internet en juillet 2010 avec SMEI de Christian Godefroy et au bout de la 3ème leçon, j’ai commencé à mesurer la taille du chemin à parcourir.

    Je me sentais complètement largué 🙂

    Un super tes pour nourrir ma constance et ma persévérance.

    Ensuite, je me suis trouvé confronté à toutes mes pensées et mes peurs limitantes du mental.

    2 ans ont été nécessaires pour arriver à les transformer.

    Après 3 ans, mon blog commence à avoir une “petite” visibilité et j’en suis fier car je n’ai jamais lâché l’affaire.

    J’avais entendu parlé de toi par Olivier Roland et la vie m’a fait le cadeau aujourd’hui de te découvrir en “live” avec ton interview par Laurent Fouque à Marrakech.

    J’ai particulièrement apprécié celle-ci et notamment le concept de la pyramide “État d’esprit – Stratégie – Tactique – Technique”.

    Tu confirmes ce que la vie m’a appris pendant ces 3 années : cultiver d’abord le bon état d’esprit en faisant le choix d’investir et d’apprendre auprès des meilleurs formateurs dans leur domaine, offrir de la valeur, créer des relations de qualité et poser les 1ère bases pour des futurs partenariats gagnants-gagnants.

    Je crois dur comme fer à la durée nécessaire pour “engrammer” l’information.

    Cette notion des 10000 heures nécessaires pour arriver à faire décoller la fusée et attirer à soi les 1ères pépites en retour du temps et de l’investissement fourni me parle particulièrement.

    Je pensais générer mes 1ers revenus en 1 an, il m’a fallu 3 ans.

    Et encore, il ne s’agit que de l’affiliation.

    Mon défi de 2014 est de créer maintenant mon 1er produit d’information.

    Je souhaite avoir le plaisir de te l’offrir, sans rien attendre en retour, juste en remerciement du temps que tu auras pris pour lire ce témoignage qui va dans le sens de tes valeurs.

    Vis une merveilleuse soirée.

    Maxime

  74. Je viens à peine de me lancer dans le monde du marketing Internet et c’est la jungle. Comment trouver les bonnes personnes, comment s’y prendre, comment éviter les pièges, comment se faire connaître ? Bref toutes ces questions auxquelles il est vrai on se laisse prendre au piège. Pour le moment je n’ai trouvé que des conseils positifs mais cela reste un bisness compliqué, en tout cas pour moi. Parfois je nage, parfois je bois une tasse et je recommence. Bref, il est vrai que les gourous ne manquent pas et te remercie pour ton témoignage et ta “mise en garde”. Se faire avoir c’est parfois facile mais ceci concerne aussi tous les domaines de la vie. C’est ce qu’on appelle avec l’âge : l’expérience.

    Merci et à bientôt Dushan.

  75. Je partage les deux avis principaux de cet article:

    1) l’entrepreneuriat, en ligne ou non, nécessite notamment une stratégie c’est-à-dire savoir où l’on va et comment l’on y va.

    2) il y a de nombreux escrocs qui profitent de la “nouveauté” des méthodes du web pour leurrer de nombreux gogos qui autrement n’auraient même jamais songé entreprendre … Un mal pour un bien. Soit, seulement deux critiques:

    1) cet article n’apporte en vérité aucun élément novateur, aucun angle nouveau. Il ne fait que redire ce que nous savons déjà et que parfois nous aimons oublier jusqu’à faire un petit chèque pour rêver un peu …

    2) ne connaissant pas davantage Dushan que d’autres jeunes bloggers “à succès”, il faut reconnaître que nous trouvons ici exactement les mêmes codes, les mêmes arguments etc … que chez tous les autres vendeurs de rêve. En plus, une promesse “stratégique” à 7€, ne sommes-nous pas précisément dans la confirmation de ce que cet article dénonce ?

    Enfin, je serais heureux d’en savoir plus sur les anti-gourous dont les intentions seraient tout aussi peu louables que celles des gourous. Là encore ne sommes-nous pas dans l’auto-confirmation ?

    Cdt

    DC

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Didier,

      Merci pour le commentaire critique. Je ne cherche pas à me positionner comme un “anti-gourou” car la dialectique “gourous VS anti-gourous” ne m’intéresse pas et n’est pas productive. Ce que je dis dans mon article, qui est peut-être un petit peu plus nouveau, et qui a été peu remarqué, c’est que la perception de “gourou” et les mythes qui vont avec est au moins autant le problème de l’apprenti entrepreneur victime que du “gourou” lui-même.

      Après, pour le reste, je suis dans le même domaine que les autres donc je parle des mêmes choses avec les mêmes termes. Ma différence réside dans mon approche du marketing au niveau stratégique et tactique plus que dans un “positionnement” abstrait d’anti-gourou. Je pense que plus vous me suivrez, plus vous découvrirez mon travail, et plus vous vous en rendrez compte.

      Merci en tout les cas pour votre commentaire et votre franchise, et au plaisir de vous lire,

      Dushan

      1. Je suis intéressé à l’expression que vous avez employée parce que je pensais qu’il y avait plus derrière. Je ne crois pas qu’un abstraction soit bien ou mal, j’espérais que vous aviez été plus loin sur le sujet. Je l’ai fait de mon côté.

        Pour ma part, je pense qu’il faut comme vous l’avez fait, dénoncer les pratiques très discutables. Je crois aussi qu’il n’y a pas lieu sur le terrain de l’éthique de faire une différence avec l’Entreprise de toujours. Le monde des affaires est toujours peuplé d’opportunistes, il faut apprendre à faire la part des choses. L’internet rend les choses plus faciles et ouvre aussi le marché d’un plus grand nombre de naïfs. Mais il donne aussi de puissants moyens de vérifier …

        En dernier lieu, pour le “client”, tout est affaire de rigueur et de savoir.

        Bien à vous

  76. ibarrart pascal

    Bonjour,Dushan

    Depuis 6 mois je regarde, analyse, et compare beaucoup d’article pour me lancer dans le réseau de marketing. RESULTAT : énormément de site ” dit professionnel”, promette beaucoup de choses, super blog ou site,trafic important, donc beaucoup d’argent.Problème: 1° aucun plan clair étape par étape.. 2°aucun accompagnement personnalisé..et surtout aucune CONFIANCE RECIPROQUE,la base même ,d’une relation DURABLE,merci de cette analyse et comme dit une personne dans un article suivant, ce qui est terrible derrière son écran, c’est de ne pas savoir partager.

    J’attends avec impatience cette vidéo. Amicalement, Pascal

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Pascal, et merci pour ce commentaire !

      Je suis plutôt d’accord avec cette analyse.

      En ce qui me concerne, je propose les 2 (plan étapes par étapes et accompagnement personnalisé) dans mon coaching pour entrepreneur débutant (“Coaching Alpha”). A ta disposition si tu veux en savoir davantage…

      Amicalement,
      Dushan

  77. SAHI ALCIDE

    Merci Dushan pour cet article, Moi je suis apprenti entrepreneur sur Internet et suis décider à faire du sérieux. Et c’est vrai j’ai besoin d’un plan A – Z ;

    Cordialement

    Sahi Alcide

  78. Karim

    Hello Duschan

    Enfin quelqu’un d’honnête et de transparent. Voilà maintenant deux ans que je circule sur la blogosphère, entrepreneuriat, le business en ligne

    En dehors de mon manque de financement , je suis novice, débutant et de la complexité de tout apprendre et faire tout seul. Je ne peux que confirmer tes dires. Mon intuition mes blocages ignorances et réticences

    montre bien ces deux piliers fondamentaux que sont le plan par étapes et le suivi par un pro un expert. Sans compter le risque de se faire arnaquer. Aussi, je suis désolé que certaines personnes vous insultent parce qu’elles projettent sur vous leur incompétence, manque de travail, orgueil ou que sais je etc.. Encore merci, au plaisir de vous lire, de pouvoir suivre une ou plusieurs de vos formations. Deux ans c’est long, cela à engendré une réputation négative autour de moi. Mais je m’en fou car ces même personnes ne sont que des grandes gueules aveugles ayant la tête dans le guidon de la productivité.

  79. Bonjour,

    Ayant rencontré certains de ces “gourous” historiques et emblématiques et étant en outre entrepreneur moi-même dans le monde réel(logiciels web, consulting et cela pour de grandes entreprises et éditeur d’ebook et de livres papier et là pour des particuliers et maintenant des libraires), je partage depuis longtemps votre analyse.

    J’ai même écrit tout un livre à paraître sur l’imposture qui n’est pas propre à l’infopreneuriat ou au marketing de réseau mais ce sont tout de même des domaines de choix où imposture manque de réalisme et crédulité marchent ensemble.

    Je voudrais vous suggérer une idée (c’est l’éditeur qui parle), une idée “d’entreprise”, une idée pas facile à mettre sur pieds tant il est vrai que les infopreneurs sont le plus souvent des personnes physiques qui vont se sentir attaquées personnellement.

    Et si quelqu’un de crédible réalisait un guide ou un site neutre, passant en revue:

    – les principales offres selon une typologie précise,

    – les pratiques observées (produits, promos, prix, preuves … et le reste,

    – les principaux faiseurs et leur réputation ?

    Après tout, on note les hôtels, les restaurants, les sites de vacances, les agences de voyages, les bed and breakfast,les magasins, les livres etc … Pourquoi les infopreneurs ne seraient-ils passés au crible ? Cela permettrait de sortir de l’alternative gourous/anti-gourous.

    L’expérience m’a montrée que chaque fois que l’on met en doute l’un de ces vendeurs de rêves, on est soit ignoré, soit immédiatement attaqué comme un concurrent mal intentionné, un individu aigri et jaloux, un imbécile ne comprenant pas l’intérêt de l’offre décriée etc …

    J’ajoute qu’il y a souvent derrière certaines (pas toutes !) de ces offres commerciales dans le domaine du Développement Personnel notamment et dans le marketing de réseau des systèmes directement ou indirectement hérité d’organisations “religieuses” américaines dont l’expérience est plus que séculaire et dont nous n’avons pas en Europe une connaissance très claire.

    Qu’en dites-vous ?

    Cdt

    DC

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Didier,

      Merci pour votre commentaire et votre confirmation de mon analyse.

      Votre idée est bonne, et c’est d’ailleurs une idée que j’ai eu lorsque j’ai commencé, avec mon premier projet intitulé “La Boîte à Outils du Marketing Internet”, qui devait évoluer vers un nouveau projet, le “Filtre-à-Miracles”, dont le but était grosso modo celui que vous évoquez ici.

      Malheureusement, ce second projet ne s’est pas concrétisé ; j’ai préféré la position d’acteur à celle de curateur. Je pense cela dit que l’idée est toujours viable, même si je ne suis pas certain de son potentiel de monétisation.

      Au plaisir de vous lire,

      Dushan

  80. Pingback: Arrêtez de voir petit et créez le bon type de site pour réussir en ligne à long terme ! – Dushan Jancik

  81. Pingback: Ma double phobie et 2 « grosses mites » du marketing Internet ! – Dushan Jancik

  82. Jean

    Dushan,

    Très bon article, que je découvre cependant bien tardivement.

    Toutefois, je pense qu’il ne faut pas tout traiter en masse d’un seul lot, et donc ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

    J’ai pu commettre des erreurs stratégiques, reste que je ne suis jamais tombé dans le travers de promettre le “tu payes, tu cliques et hop t’es riche”. Même si, hélas, je pense qu’il y a un marché pour ça, alors qu’un QI à peine supérieur à celui d’une poêle à frire devrait éviter de tomber dans ce genre de piège.

    Je vais le dire clairement : OUI, il est possible de bien gagner sa vie en tant qu’infopreneur. Et aussi de la faire gagner à ses clients. Je ne citerai qu’un exemple, déjà cité plus haut : le regretté Christian Godefroy. Il a fait des millions, mais il a aussi “créé” quelques magnifiques réussites parmi ses clients et élèves.

    Si le client est réellement motivé, et si le cours, au-delà de sa qualité, entretient et booste cette motivation, le résultat sera au bout. Ca ne paiera pas avant 2 ou 3 ans probablement, mais c’est possible.

    Si le client est motivé mais que le cours n’est pas assez bon ni assez “boostant”, là doit intervenir une garantie de remboursement.

    Si le client n’est pas motivé, quel que soit le cours, le client ferait mieux de s’abstenir et de garder son argent pour autre chose.

    Voilà. On commet tous des erreurs, et j’en ai commises aussi. Mais restons juste et gardons une vision bien logique des choses. Si on envoie des offres alléchantes à des “touristes” comme tu les appelles, autant faire autre chose.

    Amitiés,

    Jean

  83. Linda

    Bonjour j’ai déboursé 2500 euros en Octobre pour une formation en ligne d’un infopreneur connu. Aujourd’hui je regrette bcp car j’ai réalisé que ça n’est pas pour moi. Je ‘ai pas suivi les cours et je pense vraiment avoir fait une erreur en déboursant cette somme importante qui clairement est de l’argent jeté par la fenêtre. J’aimerai demander un remboursement, je sais que ça ne va pas être facile car il est très connu et influent dans son domaine. Néanmoins j’aimerai essayer, que me conseillez-vous? merci

    Linda

    1. Dushan Jancik

      Bonjour Linda,

      Désolé pour votre situation… La première chose à faire, c’est de connaître les règles : étudiez les Conditions Générales de Vente de ce vendeur, et en particulier les conditions de remboursement (vous auriez du le faire AVANT votre achat). Si l’achat date d’Octobre 2015, il est fort probable malheureusement que vous soyez en dehors du délai prévu de remboursement.

      On va donc partir du principe que vous êtes dans le tort, et qu’il ne serait donc pas judicieux d’utiliser la manière forte (exigences, menaces, etc.). En effet, vous n’avez pas respecté les conditions de remboursement, et surtout vous avez attendu bien trop longtemps pour tester la formation et réaliser qu’elle n’était pas pour vous.

      Je vous conseille donc d’utiliser la manière douce : contactez le vendeur, commencez par vous excuser pour la demande tardive, manifestez que vous êtes consciente d’être hors-délai et demandez une faveur… Expliquez exactement pourquoi vous avez attendu aussi longtemps, et surtout pourquoi la formation n’est pas pour vous…

      Si le vendeur est intelligent, il acceptera peut-être votre demande, car quand on est intelligent, si on peut éviter un client insatisfait qui va faire du bruit négatif, on le fait, même si ça nous coûte une poignée d’euros… Peut-être que vous serez remboursée, ou peut-être qu’au moins vous obtiendrez un avoir pour remplacer la formation par une autre qui vous correspond mieux.

      En dernier recours, vous pouvez également contacter votre organisme de carte de crédit, et expliquer votre cas. Dans certains cas, ils peuvent vous rembourser, mais je doute.

      Dans tous les cas, vous n’avez rien à perdre à essayer. Et enfin, arrêtez d’acheter des formations hors de prix vendues à coup de hype marketing : avec la même somme, vous auriez pu démarrer un consulting avec moi (ou avec quelqu’un d’autre de moins cher), ce qui vous aurait fait avancer en quelques heures nettement plus qu’avec n’importe quelle formation hors de prix.

      1. linda

        bonjour et merci pour votre réponse rapide la formation a commencé le 18 Octobre 2017 pour 3 mois donc elle touche à sa fin maintenant. je vais le contacter par la manière douce comme vous dites. et vous avez raison il faut arrêter de dépenser des sommes astronomiques dans ce type de formation. j’aura ou effectivement commencer avec une personne comme vous qui propose des formations sur le long terme à des tarifs bien plus abordables. aujourd’hui je m’en mords les doigts. quels arguments pourrais-je avancer à votre avis? je vous tiens au courant , merci!

        1. Dushan Jancik

          Ceux que je vous ai donné. Si vous dites que la formation n’est pas adaptée à votre cas, alors vous devez bien avoir des raisons concrètes, non ? Je vous conseille d’être la plus concrète possible, car je peux vous dire d’expérience que parfois, des clients nous disent “ça ne marchera pas pour moi” et c’est des excuses parce qu’on sait très bien que oui, ça marcherait pour eux s’ils passaient à l’action. Et ça, les vendeurs sérieux détestent. Par contre, si vous expliquez par A + B que la formation traite de X alors que vous avez besoin de Y dans votre cas, le vendeur sera beaucoup plus réceptif. Bonne chance !

Add A Comment