L’entrepreneuriat fast food, ou pourquoi je ne travaille plus avec les apprentis “infopreneurs”

Le milieu des “infopreneurs” (des entrepreneurs en ligne dont le business est basé sur la vente de formations digitales dans des domaines variés) est POURRI. On le constate toujours davantage…

Et je ne parle pas ici des gourous vendeurs de rêves qui exploitent les naïfs avec des promesses exagérées, des formations incontournables et des gadgets révolutionnaires.

Ce serait la pire des banalités : beaucoup de gens l’ont fait, en particulier ces derniers temps, et pas toujours avec beaucoup de distinction.

Aujourd’hui, je ne souhaite pas parler des gourous, ni des “anti-gourous” qui les combattent pour des raisons pas toujours très nobles…

Aujourd’hui je souhaite parler de la cause fondamentale du problème : l’apprenti entrepreneur lui-même !

Alors si vous envisagez vous-même de “vous lancer en ligne”, lisez moi très attentivement : si je fais bien mon boulot, cela devrait faire naître chez vous un changement RADICAL de perspective !

Il sera douloureux, mais il vous fera avancer et débloquera peut-être votre situation, alors accrochez-vous.

Le rêve de l’infopreneur, ou la promesse empoisonnée

L’infopreneuriat, c’est-à-dire le fait de vendre de l’information sur Internet, généralement sous la forme de formations digitales soutenue par du blogging et de l’affiliation, est une pratique marketing valable et intéressante.

J’ai moi-même vendu avec beaucoup de succès des formations utiles, et beaucoup de mes clients ont également monétisé leur expertise grâce à cette approche.

Le problème ce n’est pas l’infopreneuriat lui-même, c’est la mythologie qui y est associée. Une série de mythes séduisant mais dangereux, dont voici les principaux :

 

# Le mythe : Il est facile de faire de l’argent en ligne

La vérité : Il est simple de faire de l’argent en ligne, mais ça n’est pas plus facile que de faire de l’argent dans n’importe quel domaine. Ça demande du travail, du temps et du talent.

# Le mythe : Il n’y a pas besoin de capital pour se lancer en ligne.

La vérité : Il est possible de se lancer presque sans capital. Mais la qualité du résultat en souffre, ou alors le temps pour l’atteindre est démultiplié.

# Le mythe : Réussir en ligne prend peu de temps.

La vérité : Si on a pas de capital, on doit donner de son temps pour compenser. Tout faire tout seul prend énormément de temps.

Internet, Eldorado extra-terrestre ?

Si l’on en croit les mythes ci-dessus, Internet serait une sorte d’Eldorado (le pays des richesses infinies et accessibles à tous). Mais un Eldorado qui ne semble pas obéir aux lois des affaires.

En effet, tous les pré-requis de la réussite en affaire (travailler beaucoup, créer une stratégie solide, prendre des risques, etc) semblent s’envoler sur Internet si l’on en croit les promesses de l’infopreneuriat tel qu’il est habituellement marqueté.

En quelque sorte, Internet serait une exception, qui nous permettrait de réussir sans avoir les pré-requis qui nous sont demandés ailleurs. Une sorte de porte dérobée dans le salon des millionnaires…

La réalité est toute autre : il y a beaucoup plus de points communs que de différences entre le monde du “en ligne” et le monde du “hors ligne”, et les conditions sine qua non d’un succès commercial sont donc sensiblement les mêmes.

La naissance de “l’entrepreneuriat fast food”

La conséquence néfaste de ce qui a été dit ci-dessus, c’est que les mythes et promesses qui constituent la mythologie de l’infopreneuriat attirent des gens qui y croient, et donc des gens qui ont une approche totalement faussée des affaires.

Ceux qui adhèrent à cette culture pensent donc réussir sans prendre de risques, en travaillant très peu, et sans attendre. Ils veulent une entreprise au succès rapide et facile.

J’appelle ça l’entrepreneuriat fast-food ! Ce que ces gens veulent, c’est la version McDonalds d’une entreprise : un truc simple, accessible sans effort et qui nourris bien.

Bref, on a une inadéquation totale entre la réalité du terrain et les attentes de l’apprenti entrepreneur en ligne. Ce dernier peut se bercer d’illusion un moment, mais finit presque toujours par sentir cette inadéquation, au moins intuitivement. Et les conséquences sont dures :

Les conséquences pour l’apprenti entrepreneur

Lorsque l’apprenti entrepreneur constate cette inadéquation entre “ce qui devrait se passer” selon la mythologie de l’infopreneuriat, et ce qui se passe réellement dans son cas précis, il fait face à 3 conséquences fâcheuses :

1. Un sentiment de trahison, de désillusion, qui provoque à son tour une perte de motivation. Et nous le savons tous, impossible de réussir sans motivation, surtout par contraste avec une motivation artificiellement boostée par des fausses promesses.

2. L’impression de faire les choses au hasard, une confusion générale… l’apprenti entrepreneur, dans son parcours, a tout de même rassemblé un certain nombre de pièces importantes, mais il ne sait absolument pas comment les assembler en un tout cohérent.

3. Un gaspillage de temps, d’argent et d’énergie : A cause du point précédent, l’apprenti réalise qu’au lieu d’aller le plus directement possible vers son objectif, il a été dévidé de celui-ci, attiré par les objets scintillants que sont les formations des gourous sur des techniques “révolutionnaires” et les derniers gadgets “incontournables” à mettre absolument sur son site.

Si vous êtes vous-même un apprenti entrepreneur en ligne, est-ce que ces 3 points font écho à votre propre situation ? 😉

Pourquoi j’ai décidé de me retirer de ce marché

Je précise tout d’abord une chose. Lorsque je dis “retirer de ce marché”, je ne parle pas du milieu de l’entrepreneuriat et du marketing Internet au sens large, mais uniquement de cette culture “infopreneurs” et des mythes dangereux qu’elle véhicule (rassurez-vous, je n’ai pas encore l’intention de me retirer du monde pour élever des lamas !)

Mes clients et partenaires le savent, je n’ai jamais donné dans cette approche basée sur les belles promesses, la négation de la difficulté et l’entrepreneuriat fast food… Mais je ne veux pas être coupable par association. Ni, par ma présence dans ce milieu, travailler avec des clients adeptes de cette culture qui n’est pas la mienne. Il y a 2 problèmes fondamentaux avec ces derniers :

1. Des clients bercés par la mythologie de l’infopreneuriat auront souvent les mêmes attentes irréalistes qu’habituellement en travaillant avec moi : vous n’imaginez pas le nombre de fois où j’ai reçu des demandes de remboursement et emails agressifs de clients qui me traitent d’escrocs parce que j’attends un travail de leur part ! 😉 Franchement, je ne veux plus avoir à gérer les attentes irréalistes de certains touristes, pour pouvoir me concentrer sur des clients sérieux.

2. Il ne faut pas se mentir, les clients qui ont cette attitude n’auront pas pas de résultats à montrer. Ils se décourageront trop vites, ne passeront pas à l’action, chercheront des boucs émissaires, etc. Et pour un formateur tel que moi, avoir des clients qui ont des vrais résultats est une exigence non seulement éthique, mais aussi stratégique.

Bref, travailler dans ce marché avec des gens qui ont des attentes faussées et des résultats inexistants me parait être une situation perdant-perdant : et j’ai toujours eu comme principe fondamental en affaires de penser en termes gagnant-gagnant.

Là, je ne vois pas comment ce pourrait être possible.

Ma solution définitive à ce problème

Est-ce que cela veut dire que je vais arrêter de produire des formations en ligne ? Bien sûr que non !

Au contraire, je vais continuer à accompagner des entrepreneurs qui souhaitent utiliser Internet pour porter leurs idées, mais en introduisant 3 différences :

1. La première différence, c’est que je vais être beaucoup plus sélectif avec les personnes avec qui je choisis de travailler : j’en ai terminé avec la diplomatie, et je n’hésiterai pas à envoyer promener ceux qui sont dans cette culture de l’entrepreneuriat fast food et qui refusent de se remettre très vite en question.

2. La seconde différence, c’est que tout mon ciblage visera à décourager ces gens-là, et à attirer au contraire ceux qui ont l’attitude et les attentes d’un véritable entrepreneur (des gens prêts à travailler, à prendre des risques, à investir).

3. Enfin, je vais fusionner autant que possible mes 2 “casquettes” de formateur et de consultant : il n’y aura plus tant de distinction entre les clients de mon bureau de consulting et les clients de mes formations en ligne, comme c’est le cas jusqu’à maintenant où les 2 domaines sont complètement séparés.

Les points 1 et 2 s’occupent de mes propres besoins, et le point 3 aura 2 conséquences fondamentales pour le succès des entrepreneurs qui décident de travailler avec moi :

Les 2 besoins des apprentis entrepreneurs qui manquent presque systématiquement

Cela fait des années qu’en tant que formateur je me pose la question “Pourquoi si peu d’apprentis entrepreneurs en ligne qui investissent dans des formations ne passent pas à l’action ou ne connaissent pas le succès espéré ?“. J’ai même mené une importante étude sur le succès en ligne avec des milliers de participants pour trouver une réponse.

Ma réponse s’est raffinée au fil du temps, et là je crois avoir identifié la source profonde du problème. Cette source transparait dans les 2 besoins fondamentaux des apprentis entrepreneurs en ligne, besoins qui ne sont presque JAMAIS satisfaits par les formations :

 1. Le besoin d’un plan clair étape par étape : La cause profonde dont je parlais avant laisse l’apprenti avec un sentiment de confusion, l’impression d’avoir toutes les pièces du puzzle mais d’être incapable de l’assembler.

Presque tous les sondés de mon étude mentionnent le besoin d’un plan à suivre qui montre les étapes de A à Z. Ils sont perdus dans les détails et manquent de vision d’ensemble.

2. Le besoin d’un accompagnement personnalisé : Le marketing Internet est un métier, et à moins d’être eux-même des pros du domaines, l’apprenti entrepreneur en ligne aura toujours des difficultés à appliquer le contenu de la formation à son cas spécifique.

Pour cette raison, la grande majorité des sondés ont aussi fait mention du besoin d’être accompagné, de bénéficier d’un regard extérieur d’expert qui les aide à appliquer le contenu de la formation à leur cas spécifique.

Vous sentez-vous concerné par cette problématique ?

J’ai écrit cet article pour moi, pour mes collègues et partenaires, pour mes clients, mais avant tout pour les fameux apprentis entrepreneurs. Comme je le disait au début, le but est de provoquer chez eux UN CHANGEMENT RADICAL DE PERSPECTIVE !

Alors si vous êtes vous-même un apprenti entrepreneur en ligne ou un “infopreneur”, je vous demande de faire un effort d’introspection, d’être absolument honnête avec vous-même et de répondre à la question :

“Est-ce que vous vous reconnaissez là-dedans ?”

Ce que je vous demande-là, c’est un véritable travail de remise en question : essayez de garder en tête mon article, et les conclusions qu’il vous a fait tirer, lorsque vous serez encore sollicité par un gourou vendeur de rêve. Essayez de vous concentrer sur ce que vous voulez VRAIMENT, et sur les moyens de l’obtenir.

Bref, entraînez-vous à renoncer, malgré son côté attrayant, à la culture de l’entrepreneuriat fast food et à ne pas poursuivre tous les hochets brillants que des vendeurs de rêves agitent pour vous détourner de votre chemin.

Je sais que ce travail est loin d’être facile, et que cet article, aussi honnête soit-il, n’est pas la lecture la plus réjouissante du monde si vous souffriez vous-même des illusions décrites précédemment. Alors j’aimerais terminer sur une bonne nouvelle :

J’ai 2 BONNES NOUVELLES pour vous !

1. La 1ère bonne nouvelle, c’est que je n’ai pas l’intention de présenter des problèmes sans apporter de solution concrète. Une solution qui adresse les 2 besoins fondamentaux de la quasi-totalité des apprentis entrepreneurs en ligne (le besoin d’un accompagnement personnalisé, et le besoin d’un plan de A à Z).

2. Et la 2ème bonne nouvelle, c’est que malgré ce que vous pourriez croire en m’ayant lu jusqu’ici (notamment l’idée de sélection des clients, d’accompagnement, etc.), cette solution sera étonnamment accessible.

Je suis en train de préparer une vidéo pour vous expliquer tout ça : elle reviendra sur la fameuse cause profonde de votre insuccès en ligne, de laquelle tous les problèmes évoqués ici découlent, et elle vous expliquera très clairement la solution que je me propose de vous apporter.

EDIT : LA VIDEO EST MAINTENANT DISPONIBLE ! CLIQUEZ ICI POUR LA DÉCOUVRIR MAINTENANT !

Voilà, je vous remercie de m’avoir lu, et je vous souhaite un très grand succès, en espérant pouvoir vous aider à l’atteindre !

Dushan

 

P.S : J’ai beaucoup parlé, mais maintenant j’adorerais que vous soyez actif à votre tour. Je vous serais donc très reconnaissant si vous vouliez bien :

1. Partagez cet article avec vos contacts sur Facebook, Twitter, etc. si vous l’avez trouvé utile, en utilisant la barre de partage à gauche.

2. Laissez moi un commentaire ci-dessous pour me dire ce que vous pensez de ma démarche (je lis tout et répond personnellement chaque fois que nécessaire).

 

Discussion

  1. Prudence B.
    • Dushan Jancik
  2. Raphael Rousseau
    • Dushan Jancik
  3. petru
    • Raphael Rousseau
  4. Sylvie
    • Dushan Jancik
  5. Fabien
    • Dushan Jancik
  6. MarC
    • sicrier
  7. Bertrand
    • Dushan Jancik
  8. Alain
  9. Bruno
  10. BERTRAND
  11. daniell
    • Dushan Jancik
  12. TICHANE
  13. villeneuve Jean Pierre
  14. Gabriel
    • Dushan Jancik
    • Dushan Jancik
  15. Gisèle
  16. Dominique
    • Dushan Jancik
  17. Jean SEGUR
    • Dushan Jancik
  18. yvan
    • Dushan Jancik
  19. Thiery
  20. Dominique FRANCOIS
    • Dushan Jancik
  21. Mickael
    • Dushan Jancik
  22. Mickael
  23. nordine mihoubi
  24. Michael
    • Dushan Jancik
  25. Eddy SAMSON
  26. Mustafa
  27. Francis
    • Dushan Jancik
    • Dushan Jancik
  28. Pierre
  29. Hoffmann
    • Dushan Jancik
    • Dushan Jancik
  30. Daniel
    • Dushan Jancik
  31. Aplemar
    • Dushan Jancik
  32. Clotilde Garcia
    • Dushan Jancik
    • Dushan Jancik
  33. BETTAHAR
    • Dushan Jancik
  34. LAURENT
  35. David
  36. Inutile
    • Dushan Jancik
  37. arnaud
  38. Georges
    • Dushan Jancik
  39. Conte
    • Dushan Jancik
  40. Lionel
  41. Da
  42. Anne G
    • Dushan Jancik
      • Rouget
        • Dushan Jancik
  43. bruce
  44. claude ganzerla
  45. GIL C
  46. Vigna
  47. angelo
  48. Michel Legrand
  49. rejean lebel
  50. Marczak Jérôme
  51. Gilbert
  52. Quentin
    • Dushan Jancik
  53. ibarrart pascal
    • Dushan Jancik
  54. SAHI ALCIDE
  55. Karim
    • Dushan Jancik
  56. Jean
  57. Linda
    • Dushan Jancik
      • linda
        • Dushan Jancik
  58. Michele

Leave a Reply